National

Blocage des comptes des Medias Russes : Acte de Guerre

Je ne sais pas comment vous appelez çà , mais je crois qu'on peut parler d'acte de guerre et non plus de sanctions .. 
La nuance est importante . 
La Russie vient de se voir bloquer les comptes en banque de ses médias officiels en France !!! 
Des huissiers de justice français ont commencé à geler des actifs russes en France, en application d'une décision de la Cour permanente d'arbitrage de La Haye, et ce au moment même où se tient l'ouverture du Forum Economique de Saint-Pétersbourg.

Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/international/20150618/1016612676.html#ixzz3dUW0F7VQ

Et ce ne sont pas n'importe quels actifs , ce sont les actifs des Medias officiels .. comme l'agence Rossiya Segodnya.
Ils sont devenus fous à lier .. 
Les américains veulent la guerre en Europe pour sauver leur monnaie, leur pouvoir , leur hégémonie , et nos politiques à la solde de l'Empire exécutent les ordres reçus . 
Pour rappel , les USA sont en train d'envoyer 5 000 hommes avec leurs 1 500 chars ainsi que des F 22 , en violation totale des règles de fonctionnement de l'Otan . 
Il est peut être temps de se réveiller .. car vu l'accélération en cours , c'est pour cet été .  Les élections de 2017 si elles peuvent se faire pourraient avoir lieu sur un champ de ruines en espérant que ce ne soit pas un hiver nucléaire .. 
Et les petites divisions intestines ou clivages imbéciles empêchent de voir ce qui est en train de se passer . 







 


Morzine : les remontées mécaniques mises en cause dans la mort d’une fillette de 9 ans


PUBLIÉ LE 
Le Messager

Marine, 9 ans, a perdu l’équilibre après avoir franchi une petite bosse. Sa tête est venue percuter cette barrière en bois. Malgré son casque, la fillette est décédée peu de temps après à l’hôpital de Genève.



Mardi 2 juin, au tribunal de grande instance de Thonon, la société du téléphérique de Morzine Pleney comparaîtra, en tant que personne morale, pour homicide involontaire. Des faits qui remontent au 4 mars 2013. La victime, une petite fille de 9 ans décédée après avoir percuté une barrière.
Ce jour-là, alors qu’elle skie en compagnie de ses deux demi-sœurs sur la piste bleue Retour des Nants qui descend de la Pointe de Nyon au front de neige du Pleney, à Morzine, la fillette perd l’équilibre après avoir franchi une petite bosse. Sa tête vient percuter une barrière artisanale faite de rondins de bois. Malgré son casque, Marine décédera peu de temps après à l’hôpital de Genève. « S’il y avait eu un filet de protection, comme celui que l’on a installé dès le lendemain de l’accident, ma fille n’aurait pas perdu la vie », avait confié Natalia, la maman de Marine.
Le lendemain, les parents de la petite victime se rendent à la gendarmerie de Montriond afin de porter plainte. Cela faisait la quatrième année consécutive que la famille de Marine, domiciliée en Seine-et-Marne, passait des vacances à Morzine. « Ma fille adorait le ski. Elle était inscrite à l’école de ski et en faisait depuis quatre ans. Ce n’était pas une débutante, avait tenu à préciser sa maman. Je ne retournerai plus jamais dans cette station comme dans aucune autre. Les vacances au ski, c’est terminé. » Un an après le drame, Natalia était sortie de son silence afin de dénoncer la lenteur de l’enquête.

 






La police suisse vient d'arrêter 7 hauts responsables de la FIFA, envoyant un message d'espoir aux milliards de personnes dans le monde qui aiment le football et ne supportent plus la corruption. Mais si nous n'agissons pas rapidement, Sepp Blatter s'en tirera, et commencera son cinquième mandat de président!

Blatter a supervisé des transactions douteuses, escroqué les pays hôtes de la FIFA et enterré les enquêtes internes qu'il avait lui-même lancées sur l'achat de voix avant l'attribution des Coupes du monde en Russie et au Qatar. Mais il ne s'agit pas que de football: la FIFA de Blatter a encouragé la corruption, la violation des droits des travailleurs partout dans le monde, parfois jusqu'à leur mort, et la destruction de communautés entières pour construire des stades.

Les arrestations simultanées d'hier matin sont la meilleure opportunité que nous n'ayons jamais eue de faire définitivement le ménage. Mais sans une énorme pression, cela n'aura pas lieu. Aujourd'hui, lançons la pétition la plus partagée du monde pour demander aux cadres de la FIFA de renvoyer Blatter aux vestiaires. Lorsque nous aurons atteint un million de signatures, des membres de l'équipe d'Avaaz déjà sur le terrain présenteront notre appel aux délégués, avant leur vote.

Cliquez ici pour signer et diffusez tout autour de vous:

https://secure.avaaz.org/fr/clean_up_football_loc/?bjiTagb&v=59499

Le football est de loin le sport le plus populaire au monde, mais la manière dont il est géré scandalise les millions d'amateurs qui veulent un monde sportif propre. Selon une enquête de Transparency International publiée cette semaine, 4 supporters sur 5 ne veulent pas que Blatter se représente, et les 2/3 estiment que la FIFA a perdu toute crédibilité pour gérer le football international.

Le gouvernement suisse a arrêté les gros bonnets de la FIFA car il les soupçonne d'avoir empoché plus de 100 millions de dollars de commissions et autres pots-de-vin, en échange d'avantages en matière de droits de retransmission et de marketing. Les arrestations sont le point d'orgue d'une enquête menée depuis trois ans par des procureurs américains, qui affirment que les faits de corruption ont eu lieu sur le territoire des États-Unis grâce à des banques américaines. Une enquête est également ouverte à l'encontre de Sepp Blatter.

Lançons rapidement un immense appel pour renvoyer Blatter aux vestiaires et que la FIFA repousse ses élections, jusqu'à ce qu'elle parvienne à aligner des candidats déterminés à éliminer la corruption et à faire entrer la FIFA dans le XXIe siècle. Signez maintenant et diffusez tout autour de vous:

https://secure.avaaz.org/fr/clean_up_football_loc/?bjiTagb&v=59499
Au début de l'année, les membres du mouvement Avaaz se sont rassemblés pour refuser les conditions d'esclavage des travailleurs employés sur les chantiers de la Coupe de monde au Qatar. Aujourd'hui, nous pouvons nous rassembler de nouveau pour nettoyer le football, au coeur même de la FIFA.

Avec espoir,

Alex, Rowena, Alice, Rewan, Andrea, Ricken et toute l'équipe d'Avaaz

Pour plus d'informations:

FIFA: la justice américaine annonce près de 150 millions de dollars de pots-de-vin (Le Figaro)
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/05/28/20002-20150528ARTFIG00051-fifa-la-justice-americaine-annonce-pres-de-150-millions-de-dollars-de-pots-de-vin.php

4 amateurs de football sur 5 estiment que Blatter ne devrait pas se représenter comme président de la FIFA: sondage auprès de 35 000 personnes dans 30 pays (Transparency International, en anglais)
https://www.transparency.org/news/pressrelease/4_in_5_football_fans_say_blatter_should_not_stand_for_fifa_president_poll_o

De hauts dirigeants de la FIFA arrêtés en Suisse et extradés aux États-Unis (Radio Canada)
http://ici.radio-canada.ca/sports/soccer/2015/05/27/001-hauts-responsables-fifa-arrestation-zurich-corruption-new-york-times.shtml

Les États-Unis accusent la FIFA de "corruption endémique" (Le JDD)
http://www.lejdd.fr/Sport/Football/Les-Etats-Unis-accusent-la-Fifa-de-corruption-endemique-734840

Ce que l’on sait du scandale qui éclabousse la FIFA (Le Monde)
http://www.lemonde.fr/football/article/2015/05/28/ce-que-l-on-sait-du-scandale-qui-eclabousse-la-fifa_4641981_1616938.html#UqDJhiO05Z2VQXOD.99

Comment Sepp Blatter est passé entre les mailles de la justice (France TV Info)
http://www.francetvinfo.fr/sports/foot/corruption-a-la-fifa/comment-sepp-blatter-est-passe-entre-les-mailles-de-la-justice_923529.html


Voir l'actu en direct

L'Etat islamique contrôle une partie de la ville de Palmyre

L'Obs - ‎Il y a 1 heure ‎
Vestiges de la cité antique de Palmyre, classée au patrimoine mondial de l'Unesco, à environ 240 km au nord-est de Damas. Les combattants de l'État islamique se sont emparés d'environ un tiers de la cité antique de Palmyre, en Syrie, selon l'Observatoire ...

Mali : la France tue 2 chefs d'Aqmi liés à la mort d'otages français

TF1 - ‎Il y a 1 heure ‎
Dans la nuit du 17 au 18 mai, l'armée française a tué quatre personnes dont deux chefs des principaux groupes djihadistes au Nord du Mali : Aqmi et Ansar Dine. "Ces deux groupes sont responsables de nombreuses attaques terroristes contre les forces ...

Affaire Estelle Mouzin : l'ex-femme de Fourniret entendue

Le Parisien - ‎Il y a 31 minutes ‎
ILLUSTRATION. Monique Olivier, 66 ans, l'ex épouse et complice ILLUSTRATION. Monique Olivier, 66 ans, l'ex épouse et complice du tueur en série Michel Fourniret, 73 ans, a été entendue ce mercredi par la police judiciaire de Versailles en charge ...

L'opération commando de Drahi aux Etats-Unis

Challenges.fr - ‎Il y a 2 heures ‎
Le patron d'Altice vient de racheter le petit câblo-opérateur Suddenlink, une précieuse tête de pont pour atteindre la cible majeure Time Warner Cable. Pour cela, Drahi peut compter sur son équipe de choc. Patrick Drahi (AFP). Partager sur Facebook ...

Quand Ben Laden voulait mettre la France à genoux

Le Figaro - ‎Il y a 16 minutes ‎
Des documents saisis au Pakistan lors du raid américain de 2011 qui a tué Oussama Ben Laden ont été déclassifiés par la CIA. On y découvre notamment que l'ancien chef d'al-Qaïda avait amassé une vingtaine de livres et études économiques sur la ...

Près de 6 milliards d'amende contre six banques pour manipulation ...

Libération - ‎Il y a 1 heure ‎
Les établissements américains Citigroup et JPMorgan, les britanniques Barclays et Royal Bank of Scotland (RBS) ont aussi plaidé coupable dans cet énième scandale touchant la finance (Photo Dmitry Serebryakov. AFP). Après de longs mois de tractations, ...

Un Marocain lié à l'attentat du Bardo arrêté à Milan

L'Obs - ‎Il y a 27 minutes ‎
MILAN (Reuters) - Un Marocain de 22 ans soupçonné d'être impliqué dans l'attentat du musée du Bardo qui a coûté la vie à 20 touristes étrangers le 18 mars à Tunis a été arrêté à Milan, rapporte mercredi la police de la ville. Touil Abdelmajid est arrivé ...

Réforme du collège : pourquoi Hollande et Valls ont accéléré

Le Figaro - ‎Il y a 3 heures ‎
François Hollande et Manuel Valls, mercredi 20 mai à l'Élysée. Crédits photo : CHARLES PLATIAU/REUTERS. Le choix de publier rapidement le décret a été fait dès lundi. Un signe de fermeté, au risque de brusquer. Manuel Valls avait promis mardi la ...

Les socialistes limousins face à quatre motions en vue du congrès ...

Francetv info - ‎Il y a 4 heures ‎
FRANCE 3 LIMOUSIN. Les socialistes sont actuellement en campagne, une campagne interne pour se mettre d'accord sur la ligne de leur parti. Quatre choix s'offrent aux militants, quatre motions : A, B, C et D. Comment se positionnent les responsables ...

Budget de la Défense : Jean-Yves Le Drian régale ses troupes

Libération - ‎Il y a 3 heures ‎
Le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian à Gao au Mali avec les soldats français, le janvier 2015 (Photo Dominique Faget. AFP). ANALYSE. Le ministre a présenté son projet d'actualisation de la loi de programmation militaire, qui prévoit une ...

Pressé par l'aile gauche du PS, Michel Sapin s'engage à petits pas ...

Le Monde - ‎Il y a 5 heures ‎
Le ministre des finances, Michel Sapin, lors de l'émission Question d'info, le 20 mai. Vieux serpent de mer de la fiscalité, le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu refait surface. « Le gouvernement veut avancer en 2016 et 2017 sur cette question», ...

François Hollande en "campagne d'explication", pas en meeting

France Info - ‎Il y a 4 heures ‎
François Hollande a fait un discours à Carcassonne mardi-soir. Un exercice banal pour un Président de la République sauf que celui-là avait des accents de meeting. Si vous en parlez au Président, il vous assurera qu'il ne s'agissait pas d'un meeting. Il n'est ...

Une aide de 300 euros par mois pour les chômeurs proches de la ...

Le Figaro - ‎Il y a 1 heure ‎
L'aide aux chômeurs de plus de 60 ans bénéficiaires des minima sociaux, qui ont suffisamment cotisé pour leur retraite mais n'ont pas l'âge requis pour partir en retraite, va être rétablie. < Envoyer cet article par e-mail. X. Envoyer à : Séparez les adresses ...


Attentats de Boston : Djokhar Tsarnaev est condamné à mort



Jeanne, le microparti de Marine Le Pen, mis en examen

Fichage d'élèves à Béziers : Robert Ménard a été entendu par la police

Vous les croyez ? Ce que déclarent les ados sur le sexe

"Le talent de mes amis", "Un peu, beaucoup, aveuglément"... Les sorties cinéma du mercredi 6 mai

Népal : un quatrième Français retrouvé mort

Gallet dans le viseur de Bercy pour des contrats sans mise en concurrence à l'INA

Une année à l'Élysée : un dessinateur raconte les coulisses du pouvoir dans une BD

Marylise Lebranchu vous invite à un dîner à l'Elysée "presque normal"

Jean-Marie Le Pen : "Ce n'était pas un tribunal, c'était un peloton d'exécution"

Placedescartes.fr, le site qui transforme vos chèques-cadeau en cash

À Caen, 3 bébés prématurés décédés en 15 jours d'une maladie gastrique

En roue arrière sur l'A6 à plus de 200 km/h dans un reportage TV : il écope de 4 mois ferme

Un hommage à Charlie Hebdo sous haute sécurité à New York

À votre avis, quels sont les plans de Barack Obama pour sa retraite ?

C'était un 6 mai : à qui est ce sein que Gainsbourg ne saurait voir ?

Catherine Deneuve : "Il est trop tard pour que je devienne une dame sérieuse"

Seine-Saint-Denis : un dromadaire perturbe le trafic du RER

Beckham sur Instagram : comment le "Spice Boy" fait le buzz

Britney Spears évoque sa chute à Las Vegas : "C'était très gênant"

Magic Mike XXL : une nouvelle vidéo et une affiche façon Star Wars

Le coloriage, c'est tendance : mais d'où vient cet engouement ?

Sept à Huit
Reportages



Florence Arthaud, Camille Muffat, Alexis Vastine et 5 autres Français morts dans un crash d'hélicoptère en Argentine

Lundi 09 mars 2015 à 23h50 mis à jour le Mardi 10 mars 2015 à 12h55

Huit Français qui participaient au tournage d'une émission de télé-réalité sont morts ce lundi en Argentine. Deux hélicoptères affrétés par la production de l'émission "Dropped" sont entrés en collision. Parmi les victimes, la navigatrice Florence Arthaud, la championne de natation Camille Muffat et le boxeur Alexis Vastine. Une enquête a été ouverte à Paris pour homicides involontaires.


Un accident entre deux hélicoptères a fait dix morts ce lundi en Argentine, dont plusieurs Français - Twitter © LaRiojaGabriel
Dix personnes - hui




























Croissance : le gouvernement table sur 1% en 2014 puis 1,7% en 2015 - le Parisien
     

  ministres. Un éventail de dispositions destinées à stopper ces exodes, à lutter...




























VIDEOS. Agression à la boutique de Booba : Rohff aurait donné le premier coup - le Parisien
00:40 23-04-2014 

FAITS DIVERS

VIDEOS. Agression à la boutique de Booba : Rohff aurait donné le premier coup

  On commence à en savoir plus sur les circonstances du drame. Selon un de ses proches, joint mardi par Le Parisien - Aujourd'hui en France, le rappeur Rohff était bien sur les lieux de l'agression, lundi en fin d'après-midi, contre un jeune employé de...




























Plan d'économies : Valls prêt à de petites concessions face aux députés PS - le Parisien
00:35 23-04-2014 

POLITIQUE

Plan d'économies : Valls prêt à de petites concessions face aux députés PS

  Aux grands maux, les grandes manoeuvres. Alors que la majorité étale ses divisions depuis l'annonce, la semaine dernière, du plan d'économies de 50 Mds€ du gouvernement, Manuel Valls reçoit, consulte, dialogue. C'est qu'il reste une semaine au...




























Télécoms: AT&T relève sa prévision annuelle de chiffre d'affaires - le Parisien
00:13 23-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - ECONOMIE

Télécoms: AT&T relève sa prévision annuelle de chiffre d'affaires

Le géant américain des télécoms AT&T a relevé mardi sa prévision annuelle de chiffre d'affaires après l'achat de l'opérateur mobile Leap Wireless et un premier trimestre meilleur que prévu.AT&T vise désormais une croissance de son chiffre d'affaires...




























Crimée :  Poutine rêve d'en faire le nouveau Las Vegas - le Parisien
00:10 23-04-2014 

INTERNATIONAL

Crimée : Poutine rêve d'en faire le nouveau Las Vegas

  La Crimée : un nouveau «Las Vegas». C'est du moins le projet de Vladimir Poutine pour la toute nouvelle république russe, passée sous le giron de Moscou en mars dernier. Le président russe a en effet déposé cette semaine un projet de loi sur la...




























Brésil: l'ex-président Kubitschek n'a pas été assassiné par le régime militaire - le Parisien
23:59 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - INTERNATIONAL

Brésil: l'ex-président Kubitschek n'a pas été assassiné par le régime militaire

L'ancien président brésilien Juscelino Kubitschek n'a pas été tué par le régime militaire mais a bien été victime d'un accident de voiture en 1976, a indiqué mardi la Commission nationale de la Vérité qui enquête sur les crimes de la dictature...




























Alpes-Maritimes: un nouveau loup retrouvé mort - le Parisien
23:48 22-04-2014 

SOCIÉTÉ

Alpes-Maritimes: un nouveau loup retrouvé mort

Une autopsie va être pratiquée pour déterminer les causes de sa mort d'un loup dont le cadavre a été retrouvé dans la commune de Saint-Jeannet (Alpes-Maritimes). Les premiers résultats de l'autopsie et des radios pratiquées n'ont révélé aucune...




























Algérie: Bouteflika, réélu avec 81,49% des voix, va parler - le Parisien
23:31 22-04-2014 

INTERNATIONAL

Algérie: Bouteflika, réélu avec 81,49% des voix, va parler

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, qui n'a pas fait campagne en raison de sa maladie, a été réélu officiellement pour un quatrième mandat avec 81,49% des voix, selon le résultat définitif annoncé, mardi, par le président du Conseil...




























Aquilino Morelle à Hollande : «Tu m'abandonnes, tu es vraiment un salaud» - le Parisien
23:29 22-04-2014 

POLITIQUE

Aquilino Morelle à Hollande : «Tu m'abandonnes, tu es vraiment un salaud»

Le parquet national financier a ouvert vendredi une enquête préliminaire visant l'ancien conseiller politique de François Hollande, Aquilino Morelle, pour ses liens passés avec des laboratoires pharmaceutiques. Mais rien n'avait filtré avant mardi....




























ProA: Paris devra encore patienter pour les play-offs - le Parisien
23:29 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - SPORTS

ProA: Paris devra encore patienter pour les play-offs

Paris-Levallois, qui pouvait assurer dès mardi lors de la 28e journée de ProA sa qualification pour les play-offs face à Nancy, a été battu 66-59 et devra encore patienter.A égalité avec les Nancéiens 59-59 à trois minutes de la fin, les Parisiens...




























VIDEOS. Anne Sinclair sur DSK : «Sans doute je n'ai pas voulu voir» - le Parisien
23:20 22-04-2014 

MÉDIAS ET PEOPLE

VIDEOS. Anne Sinclair sur DSK : «Sans doute je n'ai pas voulu voir»

C’était sa première interview télévisée sur « l’affaire DSK ». Voici ce qu’Anne Sinclair a dit mardi soir au micro de Laurent Delahousse dans « Un jour, un destin » sur France 2. . Sur le comportement de DSK dans la chambre d’hôtel : « Je pense que...




























Flèche Wallonne: Gilbert pour l'acte 2 - le Parisien
23:04 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - SPORTS

Flèche Wallonne: Gilbert pour l'acte 2

Le mur de Huy, où est jugée l'arrivée de la Flèche Wallonne, attend mercredi Philippe Gilbert, le Belge déjà vainqueur du premier acte des classiques ardennaises (Amstel Gold Race).La surpuissance du Wallon dans le Cauberg, dimanche, l'a replacé dans...




























Ukraine : 600 soldats américains bientôt en Pologne et dans les pays Baltes - le Parisien
23:00 22-04-2014 

INTERNATIONAL

Ukraine : 600 soldats américains bientôt en Pologne et dans les pays Baltes

  La situation commence à ressembler à une impasse. L'est de l'Ukraine reste déchiré entre l'Occident et Moscou, les séparatistes de la région, qui réclament un rapprochement avec la Russie voisine, gagnant en influence dans plusieurs villes, à l'image...




























Ligue des Champions: Chelsea prend l'Atletico à son propre jeu et le neutralise - le Parisien
22:55 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - SPORTS

Ligue des Champions: Chelsea prend l'Atletico à son propre jeu et le neutralise

L'Atletico, meilleure défense d'Espagne, s'est heurté mardi contre Chelsea à une arrière-garde tout aussi hermétique, concédant un match nul 0-0 à Madrid en une demi-finale aller de Ligue des Champions qui laisse tous les scénarios ouverts avant le...




























Washington surveille "de très près" un éventuel essai nucléaire nord-coréen - le Parisien
22:46 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - INTERNATIONAL

Washington surveille "de très près" un éventuel essai nucléaire nord-coréen

Les Etats-Unis surveillent "de très près" les activités de Pyongyang, a déclaré mardi la Maison Blanche, après que la Corée du Sud eut évoqué des indices d'un possible quatrième essai nucléaire à l'approche d'une visite de Barack Obama dans la...




























Médiamétrie et Twitter lancent un outil de mesure des tweets liés aux émissions TV - le Parisien
22:40 22-04-2014 

HIGH-TECH

Médiamétrie et Twitter lancent un outil de mesure des tweets liés aux émissions TV

Médiamétrie et Twitter s'associent pour lancer l'année prochaine un outil de mesure d?audience des tweets émis en lien avec un programme de télévision, ont annoncé mardi les deux sociétés. Baptisé "Médiamétrie Twitter TV Ratings", cet outil destiné...




























Médiamétrie et Twitter lancent un outil de mesure des tweets liés aux émissions TV - le Parisien
22:40 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - HIGH-TECH

Médiamétrie et Twitter lancent un outil de mesure des tweets liés aux émissions TV

Médiamétrie et Twitter s'associent pour lancer l'année prochaine un outil de mesure d?audience des tweets émis en lien avec un programme de télévision, ont annoncé mardi les deux sociétés. Baptisé "Médiamétrie Twitter TV Ratings", cet outil destiné...




























Pas-de-Calais : la mère, qui avait laissé son fils dans une remise, sous contrôle judiciaire - le Parisien
22:34 22-04-2014 

NORD-PAS-DE-CALAIS

Pas-de-Calais : la mère, qui avait laissé son fils dans une remise, sous contrôle judiciaire

Une femme de 29 ans, soupçonnée d'avoir laissé plusieurs heures son jeune enfant dans une petite pièce froide d'une discothèque à Arques (Pas-de-Calais), a été placée mardi soir sous contrôle judiciaire. Le petit garçon de deux ans et demi, est resté...




























Mortalité des abeilles : non-lieu pour Bayer sur le Gaucho - le Parisien
22:29 22-04-2014 

ENVIRONNEMENT

Mortalité des abeilles : non-lieu pour Bayer sur le Gaucho

Treize ans après les premières plaintes, l'enquête pénale sur la commercialisation par le groupe Bayer du Gaucho et ses conséquences pour les abeilles s'est soldée par un non-lieu, alors que le pesticide fait désormais l'objet de restrictions en...




























Mort d'un otage au Mali : «Ce forfait ne restera pas impuni», prévient Hollande - le Parisien
22:23 22-04-2014 

INTERNATIONAL

Mort d'un otage au Mali : «Ce forfait ne restera pas impuni», prévient Hollande

Un groupe jihadiste qui s'active au Sahel annonce ce mardi la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 au Mali. «Nous annonçons la mort de Rodrigues, il est mort, parce que la France est notre ennemie», a déclaré dans...




























Valls maintient l'objectif de supprimer les conseils généraux en 2021 - le Parisien
22:17 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - POLITIQUE

Valls maintient l'objectif de supprimer les conseils généraux en 2021

Manuel Valls a confirmé mardi sa volonté de supprimer les conseils généraux à partir de 2021 et de réduire le nombre des régions, suscitant le mécontentement des présidents de départements et la satisfaction de leurs homologues des régions, qu'il a...




























Portiques écotaxe détruits  : quatre militants restent en prison - le Parisien
22:16 22-04-2014 

BRETAGNE

Portiques écotaxe détruits : quatre militants restent en prison

Le procès de onze militants bretons prévu mardi devant le tribunal correctionnel de Rennes (Ille-et-Vilaine) pour «association de malfaiteurs» et «destruction» d'un portique écotaxe a été renvoyé au 15 mai. Un des accusés a demandé un report de...




























Favoritisme à France TV : l'ex-patron de Bygmalion mis en examen - le Parisien
22:14 22-04-2014 

FAITS DIVERS

Favoritisme à France TV : l'ex-patron de Bygmalion mis en examen

France Télévisions est de nouveau dans la tourmente. Cette fois, c'est pour soupçons de favoritisme que les chaînes du service public sont inquiétées. L'ex-dirigeant de la société Bygmalion, Bastien Millot, a été mis en examen le 11 avril dans cette...




























Rappels de voitures: General Motors fait un pas décisif pour les victimes - le Parisien
21:57 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - ECONOMIE

Rappels de voitures: General Motors fait un pas décisif pour les victimes

General Motors (GM) a fait mardi un pas important vers une indemnisation des victimes des rappels tardifs de véhicules associés à 13 morts, en évoquant ses "responsabilités civiles et légales".Pour la première fois, le groupe automobile a publiquement...




























De Michel Seurat à Philippe Verdon : ces otages français morts en captivité - le Parisien
21:45 22-04-2014 

INTERNATIONAL

De Michel Seurat à Philippe Verdon : ces otages français morts en captivité

 Depuis une trentaine d'années, plusieurs otages français dans le monde ont trouvé la mort pendant leur captivité ou lors d'une intervention destinée à les libérer. Rappel. - Michel SEURAT: le sociologue est enlevé à son arrivée à l'aéroport de...




























Algérie: le président Bouteflika réélu avec 81,49% des voix - le Parisien
21:44 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - INTERNATIONAL

Algérie: le président Bouteflika réélu avec 81,49% des voix

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a été réélu officiellement pour un quatrième mandat avec 81,49% des voix, selon le résultat définitif annoncé mardi par le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci.Son principal rival Ali Benflis...




























Paris promet de ne pas laisser impunie la mort d'un otage français - le Parisien
21:20 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - POLITIQUE

Paris promet de ne pas laisser impunie la mort d'un otage français

Le président François Hollande a promis de ne "pas laisser impunie" la mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 au Mali, annoncée mardi soir par un groupe jihadiste."La France fera tout pour connaitre la vérité sur ce...




























Hermès va ouvrir une manufacture de maroquinerie près de Montbéliard - le Parisien
21:19 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - ECONOMIE

Hermès va ouvrir une manufacture de maroquinerie près de Montbéliard

Hermès a confirmé mardi l'implantation, annoncée en juillet dernier, d'une nouvelle manufacture de maroquinerie près de Montbéliard, qui devrait ouvrir en 2017."Dans le cadre du développement de son activité artisanale de Maroquinerie en...




























Mondial: le stade de Sao Paulo sera «prêt à la dernière minute» - le Parisien
21:00 22-04-2014 

COUPE DU MONDE 2014

Mondial: le stade de Sao Paulo sera «prêt à la dernière minute»

Le stade de Sao Paulo va rester une source d'angoisse pour les organisateurs brésiliens de la Coupe du monde et la Fifa jusqu'au dernier moment. L'enceinte qui doit accueillir le match d'ouverture Brésil-Croatie le 12 juin,  sera «prête à la dernière...




























Venezuela: Maduro veut relancer la production pour surmonter la crise - le Parisien
20:51 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - INTERNATIONAL

Venezuela: Maduro veut relancer la production pour surmonter la crise

Contesté dans la rue, le président vénézuélien, Nicolas Maduro, devait lancer mardi une nouvelle "offensive économique" et "une révolution fiscale" destinée à faire décoller la production du pays, qui importe quasiment tout ce qu'il consomme,...




























La Corée du Nord s'intéresse aux fromages de Franche-Comté - le Parisien
20:51 22-04-2014 

INSOLITE

La Corée du Nord s'intéresse aux fromages de Franche-Comté

Des représentants de Corée du Nord ont visité une école fromagère près de Besançon début mars, dans l'espoir d'y former trois de leurs concitoyens, mais ont essuyé un refus poli, a-t-on appris mardi de la directrice de l'établissement.Deux...




























La Corée du Nord s'intéresse aux fromages de Franche-Comté - le Parisien
20:51 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - INSOLITE

La Corée du Nord s'intéresse aux fromages de Franche-Comté

Des représentants de Corée du Nord ont visité une école fromagère près de Besançon début mars, dans l'espoir d'y former trois de leurs concitoyens, mais ont essuyé un refus poli, a-t-on appris mardi de la directrice de l'établissement.Deux...




























VIDEOS. Rohff, Booba, la Fouine ... des mois de clashs  - le Parisien
20:40 22-04-2014 

CULTURE / LOISIRS - MUSIQUE - ACTU

VIDEOS. Rohff, Booba, la Fouine ... des mois de clashs

Les clashs entre rappeurs sont encore une fois au coeur de l'actualité. Mais aujourd'hui, les passes d'armes entre Rohff et Booba ne font plus rire personne. Après une bagarre dans la boutique Unkut de Booba, altercation à laquelle Rohff a participé,...




























Pharrell Williams commissaire d'une exposition célébrant les femmes - le Parisien
20:35 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - CULTURE

Pharrell Williams commissaire d'une exposition célébrant les femmes

Pharrell Williams a conçu avec le galeriste français Emmanuel Perrotin une exposition autour des femmes, qui ouvrira fin mai à Paris, dans le sillage de son album "G I R L". Auteur-compositeur-interprète, rappeur et producteur, créateur de mode,...




























Boxe: les frères Klitschko sur le ring pour l'unité de l'Ukraine - le Parisien
20:25 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - SPORTS

Boxe: les frères Klitschko sur le ring pour l'unité de l'Ukraine

En dépit de la crise en Ukraine, l'ex-champion devenu politicien Vitali Klitschko sera dans le coin de son frère cadet Vladimir Klitschko, pour la défense des titres WBA-IBF-WBO des poids lourds contre l'Australien Alex Leapai, samedi à Oberhausen...




























Gazprom envisage de faire passer South Stream par l'Autriche - le Parisien
20:17 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - ECONOMIE

Gazprom envisage de faire passer South Stream par l'Autriche

Gazprom envisage d'étendre à l'Autriche son gazoduc South Stream, destiné à distribuer du gaz russe à l'Europe en contournant l'Ukraine et actuellement en construction, a annoncé mardi le géant gazier russe, se posant en fournisseur incontournable de...




























Mali: mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal, selon un groupe jihadiste - le Parisien
20:16 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - INTERNATIONAL

Mali: mort de l'otage français Gilberto Rodrigues Leal, selon un groupe jihadiste

L'un des deux derniers otages français enlevés au Mali, Gilberto Rodrigues Leal, est mort, a annoncé mardi le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), groupe jihadiste qui avait revendiqué son rapt en novembre 2012."Nous...




























Mia Electric: quatre repreneurs intéressés, mais l'emploi menacé - le Parisien
20:12 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - ECONOMIE

Mia Electric: quatre repreneurs intéressés, mais l'emploi menacé

Le fabricant de voitures électriques Mia Electric, placé en liquidation judiciaire en mars, fait l'objet de quatre propositions de reprise, mais qui ne sauvegarderaient qu'une partie des 200 emplois, a-t-on appris mardi de sources concordantes."Il y a...




























Mondial: Sao Paulo sera "prêt à la dernière minute", selon Valcke - le Parisien
20:09 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - SPORTS

Mondial: Sao Paulo sera "prêt à la dernière minute", selon Valcke

Le stade de Sao Paulo, qui présente les plus grands retards parmi les stades du Mondial-2014, sera "prêt à la dernière minute" pour le match d'ouverture Brésil-Croatie du 12 juin, a déclaré mardi le secrétaire général de la Fifa Jérôme Valcke."Je n'ai...




























Najat Vallaud-Belkacem appelle à davantage de "lisibilité" dans la politique de la Ville - le Parisien
20:07 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - POLITIQUE

Najat Vallaud-Belkacem appelle à davantage de "lisibilité" dans la politique de la Ville

La ministre de la Ville Najat Vallaud-Belkacem, a appelé mardi à davantage de "lisibilité" dans la politique dans ce secteur et à une simplification dans l'attribution des subventions aux associations, tout en s'inscrivant dans la droite ligne la...




























DOPAGE: l'ancien manageur d'Armstrong, Yohan Bruyneel suspendu dix ans - le Parisien
20:05 22-04-2014 

AUTRES

DOPAGE: l'ancien manageur d'Armstrong, Yohan Bruyneel suspendu dix ans

Les têtes continuent de tomber dans l'affaire Armstrong. L'ancien manageur de coureur de l'US Postal, le Belge Johan Bruyneel, vient d'écoper de dix ans de suspension de toute participation dans le sport. L'agence américaine antidopage (Usada) avait...




























Washington envoie 600 soldats en Pologne et dans les pays Baltes - le Parisien
20:02 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - INTERNATIONAL

Washington envoie 600 soldats en Pologne et dans les pays Baltes

Washington a annoncé mardi déployer pour des exercices en Pologne et dans les pays Baltes 600 soldats, un geste destiné à montrer son engagement à ses alliés de l'Otan dans un contexte de tension avec la Russie sur l'Ukraine.Une compagnie de 150...




























Washington envoie 600 soldats en Pologne et dans les pays Baltes - le Parisien
20:02 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - INTERNATIONAL

Washington envoie 600 soldats en Pologne et dans les pays Baltes

Washington a annoncé mardi déployer pour des exercices en Pologne et dans les pays Baltes 600 soldats, un geste destiné à montrer son engagement à ses alliés de l'Otan dans un contexte de tension avec la Russie sur l'Ukraine.Une compagnie de 150...




























Transat AG2R: Lunven/Peron toujours leaders mais ça pousse fort derrière - le Parisien
19:59 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - SPORTS

Transat AG2R: Lunven/Peron toujours leaders mais ça pousse fort derrière

Nicolas Lunven et Eric Peron étaient toujours en tête mardi soir de la Transat (en double) AG2R, talonnés par cinq autres tandems qui poussent les feux à un peu plus de 1200 milles (environ 2200 km) de l'arrivée à Saint-Barthélemy, prévue le 28 au...




























Ligue 1: à Valenciennes, une défaite qui peut coûter très cher - le Parisien
19:45 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - SPORTS

Ligue 1: à Valenciennes, une défaite qui peut coûter très cher

La déconvenue contre Nantes (6-2) a laissé Valenciennes sportivement aux portes de la Ligue 2 mais, à en croire les propos de son président Jean-Raymond Legrand mardi, c'est la situation globale du club qui inquiète."Je ne peux pas me mettre sur la...




























Travailler le dimanche pour relancer le tourisme: Fabius lance un pavé dans la mare - le Parisien
19:45 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - POLITIQUE

Travailler le dimanche pour relancer le tourisme: Fabius lance un pavé dans la mare

Le ministre Laurent Fabius a lancé mardi un pavé dans la mare en se prononçant pour une ouverture accrue des magasins le dimanche afin de relancer le tourisme, un sujet sensible dans l'Hexagone loin d'être au goût des syndicats."Le touriste qui vient...




























Cahuzac se confie : entrer au gouvernement a été  «l'erreur de ma vie» - le Parisien
19:39 22-04-2014 

POLITIQUE

Cahuzac se confie : entrer au gouvernement a été «l'erreur de ma vie»

 Il ne s’était plus exprimé publiquement depuis ses confessions télévisées du 16 avril 2013, sur BFM TV. Après des mois de silence, Jérôme Cahuzac reprend la parole et se confie au magazine «Vanity Fair» sur l'ouverture de son compte en Suisse - «une...




























Délinquance et nationalité : l'infographie du «Progrès» fait scandale - le Parisien
19:28 22-04-2014 

FAITS DIVERS

Délinquance et nationalité : l'infographie du «Progrès» fait scandale

  Le FN dit «bravo», les Jeunes socialistes «manquent de s'étouffer». Avec son infographie «Délinquance : à chacun sa spécialité» associant des nationalités à des types de délits - les Roms seraient «spécialisés» dans «vol de ferraille», les Géorgiens...




























SDF : Diam's dément la rumeur - le Parisien
19:28 22-04-2014 

PEOPLE

SDF : Diam's dément la rumeur

  C'est une rumeur qui a fait peu de bruit... mais qui permet à Diam's, ex-rappeuse devenue recluse, de se rappeler opportunément aux bons souvenirs des internautes. Ces derniers jours une vidéo, au contenu désormais effacé, dans laquelle une femme lui...




























Conflit d'intérêts: Aquilino Morelle visé par une enquête préliminaire - le Parisien
19:20 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - POLITIQUE

Conflit d'intérêts: Aquilino Morelle visé par une enquête préliminaire

Le parquet national financier a ouvert une enquête préliminaire visant Aquilino Morelle pour établir ses liens passés avec des laboratoires pharmaceutiques, dont la révélation l'a contraint à démissionner de son poste de conseiller de l'Elysée.Dans...




























Ukraine : un avion militaire touché par des tirs depuis une ville séparatiste  - le Parisien
19:19 22-04-2014 

INTERNATIONAL

Ukraine : un avion militaire touché par des tirs depuis une ville séparatiste

  Un avion militaire ukrainien a été touché mardi par des tirs depuis Slaviansk, ville de l'est de l'Ukraine aux mains des insurgés pro-russes. Le ministère ukrainien de la Défense précise que «des inconnus ont tiré sur l'avion AN-30 des forces...




























Rhône : les huit enfants fugueurs retrouvés en bonne santé - le Parisien
19:13 22-04-2014 

LYON

Rhône : les huit enfants fugueurs retrouvés en bonne santé

Les huit enfants fugueurs perdus depuis lundi soir ont été retrouvés sains et saufs ce mardi après-midi. La veille, vers 22 heures, les adolescents âgés de 8 à 14 ans, hébergés au centre Tournesol de Gleizé (Rhône), avaient pris la poudre d'escampette...




























Affaire Kulik: Willy Bardon est sorti de prison  - le Parisien
19:07 22-04-2014 

FAITS DIVERS

Affaire Kulik: Willy Bardon est sorti de prison

Willy Bardon, mis en examen pour sa participation au viol et au meurtre d'Elodie Kulik dans la Somme en 2002, est sorti de prison mardi. Mais il reste sous surveillance électronique. Ecroué depuis quinze mois, il est «sorti en début d'après-midi» de...



















19:04 22-04-2014 

HIPPISME

Notre pronostic pour le quinté de mercredi à Agen

Réunion 1. 1ère course - 4ème Etape du Grand National du Trot Départ 13h50 Attelé - Nationale - Groupe III - 90 000€ - 2625m - 18 partants - Sable rose - corde : à droite La Synthèse du "Parisien - Aujourd'hui en France" 11 VICOMTE BOUFARCAUX...




























Plus d'un million d'entrées pour "Qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu" - le Parisien
19:03 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - CULTURE

Plus d'un million d'entrées pour "Qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu"

Les comédies françaises ont décidément le vent en poupe depuis le début de l'année puisque "Qu'est-ce qu'on a fait au bon dieu", sorti mercredi dernier, dépasse le million d'entrées en cinq jours, selon des chiffres de la production dévoilés mardi.Le...



















18:58 22-04-2014 

HIPPISME

VIDEO. Le dernier travail de Trêve avant sa rentrée dans le Prix Ganay

A quelques jours de son grand retour à la compétition, dimanche à Longchamp, la championne TREVE a peaufiné sa condition physique sur la piste des Aigles, à Chantilly mardi matin. BELLE DE CRECY, qui sera désormais la leader de la lauréate du Prix de...




























Les Etats-Unis autorisent la vente d'alcool... en poudre ! - le Parisien
18:53 22-04-2014 

INSOLITE

Les Etats-Unis autorisent la vente d'alcool... en poudre !

  Et si demain, porter un lourd pack de bières ou un encombrant cubitainer n'était plus qu'un lointain souvenir. Les Américains devraient bientôt pouvoir se passer de bouteilles en consommant de l'alcool en poudre. Ainsi en a décidé le Bureau de...




























Nouveau calendrier vaccinal, Touraine veut dissiper les "doutes"  - le Parisien
18:44 22-04-2014 

SANTÉ

Nouveau calendrier vaccinal, Touraine veut dissiper les "doutes"

La ministre des Affaires sociales Marisol Touraine a lancé mardi un nouveau calendrier vaccinal simplifié en s'efforçant de dissiper les doutes apparus autour de l'utilité de certains vaccins."Il faut informer, expliquer et être transparent", a-t-elle...




























Nouveau calendrier vaccinal, Touraine veut dissiper les "doutes"  - le Parisien
18:44 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - SANTÉ

Nouveau calendrier vaccinal, Touraine veut dissiper les "doutes"

La ministre des Affaires sociales Marisol Touraine a lancé mardi un nouveau calendrier vaccinal simplifié en s'efforçant de dissiper les doutes apparus autour de l'utilité de certains vaccins."Il faut informer, expliquer et être transparent", a-t-elle...




























Cahuzac: entrer au gouvernement a été "l'erreur de ma vie" - le Parisien
18:41 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - POLITIQUE

Cahuzac: entrer au gouvernement a été "l'erreur de ma vie"

Après plusieurs mois de silence, Jérôme Cahuzac estime, dans le numéro de mai du magazine Vanity Fair, avoir commis une "énorme connerie" en ouvrant son compte en Suisse, mais pour lui, la vraie "erreur" de sa vie a été d'accepter, dans ces...




























Corse : un requin de trois mètres pêché dans le golfe d'Ajaccio - le Parisien
18:40 22-04-2014 

ENVIRONNEMENT

Corse : un requin de trois mètres pêché dans le golfe d'Ajaccio

La pêche a été bonne, ce mardi matin, pour l'un des marins du golfe d'Ajaccio (Corse-du-Sud). En tentant de remonter ses filets, Xavier D'Orazio a eu la surprise d'y trouver un requin, peu habitué des côtes de l'île de Beauté. Selon le pêcheur...




























La conférence sociale "aura lieu début juillet", annonce Rebsamen - le Parisien
18:35 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - POLITIQUE

La conférence sociale "aura lieu début juillet", annonce Rebsamen

Le ministre du Travail François Rebsamen a annoncé mardi que la prochaine conférence sociale aurait lieu "début juillet" et serait le "premier temps fort" du suivi des "engagements" qui seront pris par le patronat dans le cadre du pacte de...




























Afrique du Sud: enquête sur les petits cadeaux de l'ANC aux électeurs  - le Parisien
18:34 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - INTERNATIONAL

Afrique du Sud: enquête sur les petits cadeaux de l'ANC aux électeurs

La médiatrice de la République sud-africaine Thuli Madonsela a ouvert des investigations préliminaires après des plaintes dénonçant les cadeaux de l'ANC, le parti au pouvoir, pour gagner les faveurs des électeurs avant les élections législatives et...




























Jouanno et Morin (UDI) détaillent "un contre-pacte" de responsabilité - le Parisien
18:32 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - POLITIQUE

Jouanno et Morin (UDI) détaillent "un contre-pacte" de responsabilité

Les parlementaires UDI, Chantal Jouanno et Hervé Morin, ont présenté mardi "un contre-pacte" de responsabilité, contenant des propositions promues par le parti comme le rétablissement des 39 heures, un document "référentiel" qui pourra servir de base...




























Pérou: découverte de rares peintures murales  - le Parisien
18:26 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - CULTURE

Pérou: découverte de rares peintures murales

Des archéologues belges ont découvert au sud de Lima un temple précolombien décoré de peintures murales polychromes et dont le sol était recouvert d'offrandes précieuses, a annoncé mardi l'Université libre de Bruxelles (ULB).Les peintures ont été...




























Européennes: le souverainiste Dupont-Aignan  dit viser 10% - le Parisien
18:18 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - POLITIQUE

Européennes: le souverainiste Dupont-Aignan dit viser 10%

Nicolas Dupont-Aignan, le président de Debout la République a annoncé mardi à Paris lors de l'inauguration de son QG de campagne son objectif de remporter "au moins un siège de député par circonscription" lors des prochaines élections...




























Mincir sans souffrir - le Parisien
18:17 22-04-2014 

SANTÉ

Mincir sans souffrir

Les sujets heureux perdent deux fois plus de poids que ceux qui le sont moins… Mais comment être heureuse si, chaque jour, la nourriture est une obsession, si à chaque repas les calories sont comptées, si tous les matins vous montez sur la balance...




























Société Générale : Kerviel porte plainte pour subornation de témoin - le Parisien
18:17 22-04-2014 

FAITS DIVERS

Société Générale : Kerviel porte plainte pour subornation de témoin

Jérôme Kerviel a déposé plainte mardi contre la Société Générale pour subornation de témoin, en l'occurrence l'ancien supérieur hiérarchique direct de l'ex-trader. Ce dernier aurait perçu une indemnité d'un million d'euros après avoir témoigné en...




























Démaquillez-moi - le Parisien
18:15 22-04-2014 

BEAUTÉ

Démaquillez-moi

  Moins agressifs aujourd’hui, les produits de maquillage sont toujours susceptibles de s’accumuler dans les pores et d’occasionner, à la longue, des boutons et un assèchement de la peau. Pour contourner ce risque, Isabelle Benoît, directrice de...




























Diadermine déjà 110 ans et pas une ride ! - le Parisien
18:12 22-04-2014 

BEAUTÉ

Diadermine déjà 110 ans et pas une ride !

  •ANTI-AGE• Diadermine célèbre son anniversaire en lançant No 110, une nouvelle gamme dédiée à la beauté du visage et du corps. Diadermine n’a vraiment pas pris une ride en 110 ans d’existence ! En plus d’un siècle, la marque a aussi épousé,...



















18:04 22-04-2014 

TOULOUSE

Le père d'un mineur parti en Syrie se félicite de mesures à venir

Le père d'un adolescent de la région toulousaine parti trois semaines en Syrie puis mis en examen à son retour fin janvier s'est félicité mardi de l'annonce d'un plan gouverrnemental visant à prévenir le départ de jeunes Français vers la Syrie et qui...




























Terry Richardson : Vogue boycotte le photographe harceleur - le Parisien
17:43 22-04-2014 

PEOPLE

Terry Richardson : Vogue boycotte le photographe harceleur

  La coupe déborde pour le magazine américain qui ne veut plus collaborer avec le photographe adulé des stars, au comportement controversé. Dimanche, la top anglaise, Emma Appleton a posté sur son compte twitter un message du roi des shootings lui...



















17:41 22-04-2014 

NICE

Le Conseil d'Etat exonère d'impôts un Français ayant toujours résidé à Monaco

Un Français qui a toujours résidé à Monaco depuis sa naissance ne doit pas payer d'impôts sur le revenu au fisc français, selon un récent arrêt du Conseil d'Etat, qui change l'interprétation d'une convention fiscale franco-monégasque en vigueur...




























VIDEO. Européennes : les Femen s'invitent au lancement de campagne du FN - le Parisien
17:37 22-04-2014 

ÉLECTIONS EUROPÉENNES

VIDEO. Européennes : les Femen s'invitent au lancement de campagne du FN

  Petite moustache hitlérienne, drapeau européen en forme de croix gammée dessinée sur leur poitrine dénudée et ce message : «Fascist epidemic.» 22 Femen ont manifesté ce mardi à Paris contre le FN, qui présentait au même moment ses listes aux...




























Etats-Unis: le livre de l'économiste français Thomas Piketty best-seller - le Parisien
17:37 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - ECONOMIE

Etats-Unis: le livre de l'économiste français Thomas Piketty best-seller

L'ouvrage de l'économiste français Thomas Piketty consacré à la montée des inégalités se classait mardi en tête des ventes aux Etats-Unis sur le site de distribution en ligne Amazon.Présent dans le top 100 depuis plus d'un mois, "Capital in the...




























VIDEOS. Jihadistes français : la France prendra «toutes les mesures» - le Parisien
17:36 22-04-2014 

INTERNATIONAL

VIDEOS. Jihadistes français : la France prendra «toutes les mesures»

En janvier, les services de renseignement français recensaient 250 Français ou résidents en France partis faire le jihad en Syrie. Trois mois plus tard, ce chiffre a doublé, a indiqué Laurent Fabius ce mardi. Le ministre des Affaires étrangères a...




























Le génome de la truite arc-en-ciel séquencé - le Parisien
17:33 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ- SCIENCES

Le génome de la truite arc-en-ciel séquencé

Une équipe majoritairement française a séquencé le génome de la truite arc-en-ciel, un poisson très répandu dans les piscicultures et sur les étals des poissonniers, apportant un nouvel éclairage sur l'évolution des génomes des vertébrés.C'est la...




























Le génome de la truite arc-en-ciel séquencé - le Parisien
17:33 22-04-2014 

SCIENCES

Le génome de la truite arc-en-ciel séquencé

Une équipe majoritairement française a séquencé le génome de la truite arc-en-ciel, un poisson très répandu dans les piscicultures et sur les étals des poissonniers, apportant un nouvel éclairage sur l'évolution des génomes des vertébrés.C'est la...




























Une partie des Puces de Saint-Ouen rachetée au duc de Westminster - le Parisien
17:30 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - ECONOMIE

Une partie des Puces de Saint-Ouen rachetée au duc de Westminster

Le PDG du groupe Studyrama a racheté à la société Grosvenor, appartenant au duc de Westminster, les deux marchés phares des Puces de Saint-Ouen, Serpette et Paul-Bert, a-t-on appris mardi auprès de l'intéressé, confirmant une information des...



















17:27 22-04-2014 

LILLE

Angleterre - Everton: le Belge Mirallas indisponible pendant trois semaines

L'attaquant belge d'Everton Kevin Mirallas s'est blessé dimanche aux adducteurs et sera indisponible trois semaines au moins ce qui devrait lui permettre d'être rétabli pour le Mondial-2014, a annoncé mardi son club.Touché en fin de match contre...




























Interpellation d'un garçon obnubilé par les voitures de pompiers - le Parisien
17:23 22-04-2014 

FLASH ACTUALITÉ - INSOLITE

Interpellation d'un garçon obnubilé par les voitures de pompiers

Un adolescent de 17 ans obnubilé par les voitures de pompiers au point de se déguiser en soldat du feu pour les voler vient d'être interpellé à l'issue d'un dernier vol et d'une course-poursuite de 130 kilomètres, a-t-on appris mardi auprès des...




























Interpellation d'un garçon obnubilé par les voitures de pompiers - le Parisien
17:23 22-04-2014 

INSOLITE

Interpellation d'un garçon obnubilé par les voitures de pompiers

Un adolescent de 17 ans obnubilé par les voitures de pompiers au point de se déguiser en soldat du feu pour les voler vient d'être interpellé à l'issue d'un dernier vol et d'une course-poursuite de 130 kilomètres, a-t-on appris mardi auprès des...



















17:21 22-04-2014 

STRASBOURG

































Déclaration d'impôts (PHILIPPE HUGUEN - AFP)Déclaration d'impôts (PHILIPPE HUGUEN - AFP)













A peine nommés, les nouveaux ministres devront tous se soumettre à une "vérification" de leur situation fiscale, avec l'objectif de limiter au maximum le risque d'une nouvelle affaire Cahuzac.
Un décret d'application, opportunément daté du 29 mars, et signé par Jean-Marc Ayrault deux jours avant son départ de Matignon, précise "les modalités d'application de la procédure de vérification de la situation fiscale des membres du gouvernement".
Il émane de la loi sur la Transparence de la vie publique du 11 octobre 2013, un texte préparé, débattu et voté, dans le sillage de l'affaire Cahuzac, pour durcir encore les conditions de vérification de la situation fiscale.
Poursuivi pour fraude fiscale, l'ancien ministre délégué au Budget, Jérôme Cahuzac a démissionné en mars 2013 quelques jours avant d'avouer qu'il possédait bien des avoirs bancaires non déclarés à l'étranger. Avoirs dont l'administration fiscale - dont il avait la charge - n'avait pas les moyens de connaître l'existence à son arrivée à Bercy.
En vertu de ce décret, "tout membre du gouvernement, à compter de sa nomination, fait l'objet d'une procédure de vérification de sa situation fiscale, dans les conditions prévues au titre de l'impôt sur le revenu et, le cas échéant, de l'impôt de solidarité sur la fortune".

Une vérification dans le 1er mois qui suit la nomination













Concrètement, dès la publication du décret nommant le Premier ministre et son gouvernement, la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, instance indépendante présidée par l'ancien procureur général de la Cour de cassation Jean-Louis Nadal saisit le directeur général des Finances publiques (DGFiP) pour vérifier la situation fiscale du nouveau gouvernement.
Cette vérification porte sur "les impositions dues et non encore prescrites" et doit intervenir dans le premier mois qui suit la nomination. Au vu des constats transmis par la DGFiP, la Haute autorité peut demander des informations complémentaires ou la poursuite des investigations.
Celles-ci doivent se faire dans les quinze jours suivants.
En cas de poursuite d'investigations ou de l'engagement des procédures, le DGFiP doit "rendre compte à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique des constats réalisés et des résultats obtenus et, le cas échéant, de l'état d'avancement de ces investigations et procédures, au plus tard deux mois après la nomination du membre du gouvernement".
Au-delà le directeur général des Finances publiques devra rendre compte de l'avancement de son enquête "selon une périodicité qui ne peut excéder trois mois".

Tabac : les députés vont abroger les quotas sur les achats frontaliers

Publié le 01.12.2013, 07h41 | Mise à jour : 08h54
Cette semaine, les députés autoriseront de rapporter jusqu'à dix cartouches de cigarettes par personne d'un pays étranger.

Cette semaine, les députés autoriseront de rapporter jusqu'à dix cartouches de cigarettes par personne d'un pays étranger. | AFP

Zoom
Bruxelles a ouvert les frontières. Après la décision de la justice européenne, en mars dernier, de lever les limites d’importation de cigarettes en France depuis les autres pays européens, les députés français voteront jeudi, en séance, l’abrogation de ces quotas. 
Ils ont adopté mercredi en commission des finances la suppression de deux articles qui les fixaient, indique le Journal du Dimanche.

Jusqu’à présent, chaque véhicule passant les frontières belge, espagnole, luxembourgeoise ou italienne pouvait rapatrier 5 cartouches, soit 50 paquets de cigarettes, ainsi que 50 cigares ou cigarillos. En mars dernier, la Cour européenne de justice a condamné la  à revoir ces quotas, jugeant qu’ils protégeaient son marché du tabac.

Une circulaire du 7 mai 2013 établit désormais les nouvelles règles. Elle entrera en vigueur le 1er janvier. A partir de cette date, chaque personne pourra rapporter 10 cartouches et 1.000 cigares. La réglementation autorisera ces nouveaux quotas pour les voitures de cinq personnes. Soit jusqu’à 50 cartouches (10.000 cigarettes) et 5.000 cigares par véhicule.

Le risque d'une explosion du trafic
La souplesse ne s’arrête pas là. Auparavant, toute personne en infraction se voyait infliger des droits de douane, une amende et la saisie de sa marchandise. Désormais, les douaniers devront apporter la preuve que le tabac a vocation à être revendu.

Une véritable révolution qui risque de faire une nouvelle fois bondir les buralistes frontaliers. Chaque année, environ 500 millions de paquets fumés en France sont achetés en Belgique, en Espagne, en Italie ou au Luxembourg, pays où les cigarettes sont moins taxées qu'en France et les moins chères en Europe. Les achats transfrontaliers pèsent ainsi entre 15 % et 20 % du marché français. Cette envolée des achats hors de France risque de s'accentuer avec la prochaine annonce de la hausse du prix du paquet de cigarettes à 20 centimes au 1er janvier. Les buralistes frontaliers craignent une explosion du trafic.


Les conséquences des hausses de la TVA

Enfin voila j ai trouvé un article qui pourrait vous intéresser. Si vous souhaitez vous allez pouvoir quitter
votre opérateur téléphonique, internet ou les 2 et Sans frais cette réglementation prendra effet a partir du 1er Janvier 2014! a la date a laquelle la TVA augmente. Cette loi est applicable sur tous opérateurs.


Augmentation de TVA = augmentation des abonnements = résiliation sans frais possible

Pour autant, tout n'est pas à jeter dans cette nouvelle... En effet, les fournisseurs d'accès Internet et les opérateurs mobiles qui "oseront" augmenter leurs tarifs ouvriront une brèche pour les personnes qui disposent d'un contrat avec un engagement.
Ainsi et conformément aux termes de l'article L 121-84 du Code de la consommation, les personnes qui sont engagées auprès de leur fournisseur d'accès ou leur opérateur mobile pourront dénoncer SANS AUCUN FRAIS leur contrat, dans les 4 mois suivants l'augmentation de tarif, comme le rappelle justement la loi 
Tout projet de modification des conditions contractuelles de fourniture d'un service de communications électroniques est communiqué par le prestataire au consommateur par écrit ou sur un autre support durable à la disposition de ce dernier au moins un mois avant son entrée en vigueur, assorti de l'information selon laquelle ce dernier peut, tant qu'il n'a pas expressément accepté les nouvelles conditions, résilier le contrat sans pénalité de résiliation et sans droit à dédommagement, jusque dans un délai de quatre mois après l'entrée en vigueur de la modification".
Une situation qui rappelle celle de 2011 (voir notre article résilier son contrat Internet). Reste à maintenant à voir quels seront les opérateurs à se risquer à une augmentation de tarif ? A priori, Orange et SOSH seront notamment concernés. Pour les autres (SFR, Free, Bouygues Télécom), il faudra surveiller les annonces comme le lait sur le feu !
... Mais nous aurons le loisir d'y revenir en temps et en heure, notamment sur leFacebook des bons plans ADB ;-) A suivre ! En attendant, on peut que vous encourager à diffuser cette information auprès de vos proches, notamment à l'aide du lien ci-dessous ;-)


L’Assemblée nationale vote la hausse d’impôt sur l’épargne

L’Assemblée nationale vote la hausse d’impôt sur l’épargne avec effet rétroactif !


L'Assemblée nationale vote la hausse d'impôt sur l'épargne avec effet rétroactif !Les députés ont voté cette nuit l’article 8 du projet de budget de la Sécurité sociale qui instaure la taxation à 15,5% de l’épargne longue et ce de façon rétroactive sur 17 ans ! Incompétence, incohérences et déconnexion de la réalité, ainsi Nicolas Doze résume-t-il cette mesure qui pourrait bien être retoquée par le Conseil constitutionnel, peu friand de rétroactivité fiscale. En attendant, c’est un peu : « Paye-moi un arriéré d’impôt au barème d’aujourd’hui sur des revenus que tu as perçus en 1996″. Vous êtes en France, bienvenue au pays de l’enfer fiscal !


Retraites : faut-il modifier le régime des fonctionnaires ?

Les retraités, les actifs, les entreprises... mais aussi les fonctionnaires : le rapport Moreau préconise de mettre tout le monde à contribution pour la réforme des retraites que prépare le gouvernement. 

















Des mineurs retrait&eacute;s circulent dans les locaux de la caisse r&eacute;gionale mini&egrave;re de l'Est, &agrave; Metz (Moselle), le 27 avril 2009.
Des mineurs retraités circulent dans les locaux de la caisse régionale minière de l'Est, à Metz (Moselle), le 27 avril 2009. (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)
















PARTAGER


Le rapport Moreau sur la réforme des retraites sera remis lundi 10 juin au Premier ministre, mais ses grandes lignes sont déjà connues. La Commission pour l'avenir des retraites suggère de mettre tout le monde à contribution.
Concernant les agents de la fonction publique, le mode de calcul des pensions ne serait plus basé sur les six derniers mois mais sur les dix meilleures années. En échange, une partie des primes serait intégrée. Objectif : éviter de laisser filer le déficit du système de retraites, qui sera de 18,8 milliards en 2017.

Retraites : faut-il modifier le régime des fonctionnaires ?

67,3%
Oui
5999 votes
27,6%
Non
2461 votes
5,1%
Ne se prononce pas

Un aviateur se souvient

Le 6 juin 1944 –   Jour J - Invasion de la Normandie

L'opération Overlord, la grande invasion alliée de la Forteresse de l'Europe occupée par les Allemands, commença dès les premières heures du matin le 6 juin 1944.
Le plan consistait à mener des attaques navales et aériennes massives pour faire tomber les défenses allemandes afin que les troupes alliées puissent traverser la Manche et débarquer le long des 80 kilomètres de la côte de Normandie en France.
Les troupes britanniques débarquèrent sur les plages désignées sous les noms de codeSword et Gold à l'est tandis que les Américains débarquèrent à l'ouest, à Omaha et à Utah. Les troupes canadiennes quant à elles débarquèrent entre les deux offensives britanniques sur la plage désignée sous le nom de code Juno.
Environ 15 000 canadiens de la 3e Division d'infanterie canadienne, appuyée par les navires de la Marine royale du Canada et de la Marine royale britannique, attaquèrent les bastions nazis sur une distance d'environ 8 kilomètres sur la côte française désignée sous le nom de code «plage Juno». Dans le ciel, des escadrons canadiens de chasseurs Spitfire de la Deuxième force aérienne tactique assurèrent la couverture aérienne du matin jusqu'au soir.
image- Des troupes alliées sortant en grand nombre d'une péniche de débarquement le 6 juin 1944.
Des troupes alliées sortant en grand nombre d'une péniche de débarquement le 6 juin 1944.
Des parachutistes, notamment le 1er Bataillon de parachutistes canadiens, sautèrent des avions ou atterrirent en planeurs aux points de défense stratégiques des Allemands. À Merville, ils détruisirent d'importantes installations appartenant à l'ennemi ainsi que des ponts qui enjambaient la rivière Dives et s'emparèrent des ponts stratégiques sur l'Orne et le canal Caen afin d'empêcher les troupes nazies d'atteindre la zone d'invasion.
Toutefois, la plupart des positions de pièces des Allemands résistèrent aux bombardements et aux tirs continus de la Marine. Les forces nazies firent payer les attaquants alliés pour chaque pouce de territoire revendiqué par ces derniers, d'où le grand nombre de victimes.
Malgré ces pertes, les tactiques et la bravoure des troupes alliées en ce jour le plus long leur permirent de gagner, et de prendre pied en Europe. Les alliés firent traverser un très grand nombre d'hommes et de matériel par la Manche, d'abord pour protéger leur assise et ensuite, pour entreprendre la tâche ardue qui consistait à repousser les Allemands en Allemagne et, en définitive, dans l'histoire.
Le Canada subit 1 074 pertes, y compris 359 décès au cours du jour J. Malgré la lourdeur de ce bilan, le nombre de pertes fut de loin inférieur au nombre que les planificateurs craignaient.
image-Vu l'absence d'installations portuaires, un quai flottant, connu sous le nom de port artificiel (Mulberry Harbour) a été érigé pour faire entrer les troupes et le matériel en France afin d'assurer la sécurité de la tête de plage.
Vu l'absence d'installations portuaires, un quai flottant, connu sous le nom de port artificiel (Mulberry Harbour) a été érigé pour faire entrer les troupes et le matériel en France afin d'assurer la sécurité de la tête de plage.

Jeudi 6 juin

  • Sainte-Mère-Eglise: Cérémonie au monument Signal à 11h. A 20h30 concert pour la paix dans l'église  puis diffusion d'mages d'archives à 22h Contact : office du tourisme tel : 02 33 21 00 33
  • Carentan : Du 6 au 10 juin camp US reconstitué 
  • Courseulles sur mer : A 11h au centre Juno beach inauguration de l’Esplanade Garth Webb. A partir de 13h : Visite gratuite du musée jusqu'à 22h - Concerts et présentation d’un nouveau  film. Feu d'artifices à 23h.
  • Amfreville : Les sentiers de la mémoire se dérouleront sur 7 kms à partir de 18h. Départ au monument du 507th  et inscriptions obligatoires à l'office du tourisme.
  • Sainte-Marie-du-Mont : Dépôt de gerbes près de la stèle Angelo Chatas à 11h. Bal de la libération à 20h30 sur la place de l'église.
  • Ranville : Cérémonie à 9h30 à la stèle du 13th battalion puis à 11h au cimetière militaire.
  • Fresville : Parachutage civil à 10h du Round Canopy Parachuting Team.
  • Arromanches : Sur la place du 6 juin cérémonie du souvenir à 11h45. Après-midi jazz de 15h à 17h. A 18h commémoration Britannique devant le musée. Projection d'un film d'archives sur le D-Day à 22h30 au cinéma 360. Feu d'artifices prévu à 23h15. Tel 02 31 22 36 45 
  • Picauville : Du 6 au 9 juin => Reconstition d'un camp militaire américain près du monument USAAF par le MVCG Bretagne : exposition de véhicules, animations, dioramas et ateliers de 10h à 18h.
  • Vierville-sur-mer : du 6 au 9 juin camp Cecil Breeden organisé par l'association Duty First ( première division d'infanterie US ) voir le blog
  • Carentan : Arizona Camp du 6 au 9 juin. => Reconstitution d'un camp avec 150 exposants : mécanique, armurie, hôpital de campagne, ... Soirée musicale le samedi et concert de Kaz le dimanche après-midi. Renseignements 02 33 71 23 50
  • Colleville-sur-mer : Cérémonie au cimetière américain à 15h15
  • Vierville-sur-mer : A 8h30 sur la plage les enfants évoquent le D-Day. A 16h15 une célébration aura lieu devant le monument de la garde nationale
  • Bernières-sur-mer : Cérémonie devant la maison des Canadiens à 8h et à 22h.
  • Bayeux : Cérémonie au cimetière militaire à midi
  • Hermanville-sur-mer :  Cérémonie commémorative à 14h30 sur le front de mer.
  • Bény-sur-mer : Commémoration au cimetière militaire à 18h.
  • Saint-Laurent-sur-mer : Commémoration devant le blockhaus du Ruquet à 10h30 puis à 11h au monument Signal.
  • Ouistreham : Dépôt de gerbes au mémorial des commandos à 10h15 puis à 12h30 à la gare maritime. Défilé militaire à 11h30.
  • Colleville-Montgomery : A 8h cérémonie au monument du maréchal Montgomery puis messe en plein-air à 8h45. Ensuite petit-déjeuner à 9h30 offert par la commune. A 18h dépôt de gerbes au site Hillman.
  • Bénouville : Fleurissement des tombes au cimetière à 11h15. A 12h30 défilé de la mairie vers le pont levant avec les vétérans et dépôt de gerbes sur l'esplanade du Major Howard. Retour vers la mairie à 13h suivi d'un vin d'honneur.
  • Saint-Laurent-sur-mer : A 11h, la cérémonie OMAHA'S NURSES RETURN organisée par le Yankees Group se déroule face au monument Les Braves. Cette cérémonie rend hommage à l'ensemble des femmes alliées ayant pris part au second conflit mondial. Toutes les femmes ayant un uniforme allié ou une tenue civile d'époque sont conviées à y participer.  Le rassemblement est prévu à partir de 10h45 et la cérémonie sera suivie du verre de l'amitié offert par la commune.




L’accord d’association entre l’Union européenne et l’Algérie permet l’accès aux prestations familiales aux enfants algériens entrés hors regroupement familial.

Des accords d’association mentionnant l'égalité de traitement en matière de sécurité socialeDes accords d’association mentionnant l'égalité de traitement en matière de sécurité sociale
Le 5 avril 2013, l’Assemblée plénière de la Cour de cassation a décidé que les prestations familiales pour les enfants entrés hors regroupement familial ne peuvent être refusées aux Algériens. Cette haute juridiction judiciaire a donc annulé un refus des prestations familiales pour un enfant algérien entré en France hors regroupement familial. Selon l’arrêt attaqué, un ressortissant algérien a sollicité, auprès de la Caisse d’allocations familiales de Paris, le bénéfice de prestations familiales pour son enfant née en Algérie. 
A la suite du refus qui lui a été opposé par la caisse d’allocations familiales et du rejet le 19 juin 2007 de sa réclamation devant la commission de recours amiable, le père a saisi le 7 août 2007 le tribunal de sécurité sociale de Paris afin de se voir reconnaître le droit à percevoir les prestations familiales pour son enfant. La Cour d’appel de Paris a rejeté les demandes du requérant de nationalité algérienne. Cette dernière décision a fait l’objet d’un pourvoi en cassation.
Le requérant a soulevé que "le principe de l’interdiction de toute discrimination à raison de la nationalité postule que des prestations familiales ne sauraient être refusées au bénéfice d’enfants étrangers séjournant régulièrement sur le territoire français, à raison d’une exigence n’existant pas pour les enfants français,…". 
La caisse d’allocations familiales motive son refus sur la base des dispositions de la loi du 19 décembre 2005 qui subordonnent le droit aux prestations familiales à la régularité du séjour des parents mais également de la personne de l’enfant. Dans le cas d’espèce, ce dernier n’est pas née en France, n’est pas entrée par la procédure de regroupement familial et ne peut pas produire le certificat de contrôle de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII) ex Agence nationale de l’accueil des étrangers et des migrations (ANAEM).
Dans cette procédure, la Cour de cassation a retenu deux éléments suivants :
1- La demande d’allocations familiales, pour la période postérieure à l’entrée en vigueur de la loi du 19 décembre 2005, a été rejetée car la caisse d’allocations familiales a par "exacte application de la loi" opposé un refus d’attribution des prestations sollicitées au titre de l’enfant algérien ;
2- Toutefois, qu’il se déduit de la jurisprudence de la Cour de justice de l’Union européenne qu’en application des dispositions de l’article 68 de l’accord euro-méditerranéen UE-Algérie qui dispose d’un "effet direct, applicable aux prestations familiales en vertu des paragraphes 1 et 3, l’absence de toute discrimination fondée sur la nationalité dans le domaine d’application de l’accord implique qu’un ressortissant algérien résidant légalement dans un Etat membre soit traité de la même manière que les nationaux de l’Etat membre d’accueil, de sorte que la législation de cet Etat membre ne saurait soumettre l’octroi d’une prestation sociale à un tel ressortissant algérien à des conditions supplémentaires ou plus rigoureuses par rapport à celles applicables à ses propres ressortissants".
La Cour conclut que l’application des articles du Code de la sécurité sociale qui, "en ce qu’ils soumettent le bénéfice des allocations familiales à la production du certificat médical délivré par l’Office français de l’immigration et de l’intégration à l’issue de la procédure du regroupement familial, instituent une discrimination directement fondée sur la nationalité." 
Des accords d’association mentionnant l'égalité de traitement en matière de sécurité sociale ont également été conclus par l'Union européenne avec le Maroc et la Tunisie. Le principe retenu dans l’arrêt du 5 avril 2013 se révèle directement transposable aux ressortissants de ces deux États du Maghreb.



Du nouveau sur Saïd Arif, le terroriste échappé de Brioude : quand la connerie dépasse l’entendement, rien ne peut plus surprendre…

 photo-archives-progres
Ce sont nos confrères du journal La Montagne1, Carole Eon-Grolier et Jean-Baptiste Ledys, qui révèlent le scandaleux pot aux roses, confirmant une fois de plus que ce qui reste du journalisme se trouve en province, et non à Paris où les médias n’ont même plus le ressort pour tenter de retrouver un peu de crédibilité auprès du public…
Hier2, nous indiquions que le terroriste (islamiste bien entendu) en résidence surveillée à Brioude aux frais des Français, s’était échappé, et que la police est en alerte totale pour le retrouver.
Philippe Nicolas, le patron de la Vieille Auberge, où Saïd Arif résidait depuis six mois, a déclaré « Lorsque je suis arrivé vers 8h30 sur le parking de l’hôtel, j’ai aussitôt vu que la voiture de société flambant neuve de ma femme avait disparu ».
« Je ne sais pas pourquoi mais j’ai aussitôt fait le lien avec Saïd Arif. J’ai filé dans sa chambre mais il avait disparu. » Le restaurateur prévient alors les gendarmes, il est 8h45.
Un quart d’heure plus tard, Saïd Arif ne se rend pas à la gendarmerie de Brioude comme il en a l’obligation, quatre fois par jour.
A 9h30, le plan Milan (un variante du plan épervier) est activé sur l’ensemble du département de la Haute-Loire.
Trop tard, l’islamiste avait décampé depuis samedi, à 22 heures.

Premier scandale :

Saïd Arif a été condamné en 2007 pour plusieurs tentatives d’attentats en France, puis libéré en 2011.
La France avait prévu de l’expulser vers l’Algérie, mais son gentil avocat a saisi la Cour européenne des droits de l’homme, qui s’est opposée à son expulsion, en raison de risques de torture.
Depuis, Saïd Arif vit à l’hôtel, en « résidence surveillée » mais pas si bien surveillée que ça, et aux frais des contribuables français qu’il veut massacrer..

Second scandale :

A sa sortie de prison, il a d’abord habité dans un hôtel à Millau, en résidence surveillée, et il s’en est échappé en janvier 2012. Cela n’a pas suffit à décider les cons qui font le mur de le coller en taule. Donc ils l’ont mis dans un autre hôtel, toujours en résidence surveillée, à Brioude (Haute-Loire) en octobre 2012.

Troisième scandale :

Le terroriste vient de s’enfuir une seconde fois. Il devait pointer quatre fois par jour à la gendarmerie, mais lundi matin, il avait disparu. Et sa fuite semble avoir été programmée, car le mois dernier, il a été aperçu en compagnie de trois islamistes radiaux, apparemment sans soulever les soupçons.
Pourtant, les trois islamistes radicaux qui sont venus lui rendre visite ont été reconnus, ils sont de Lyon. Ils ont été surveillés, car on sait qu’ils ont tenu leur conversation dans une voiture pour être l’abri de micros indiscrets. Ils ont été suivis, car ils ont été aperçus sillonnant la cité Saint-Julien. Et d’autres signaux clairs ne trompaient pas : Saïd Arif n’utilisait plus son téléphone portable depuis quelque temps mais une cabine téléphonique pour passer ses appels.
Et avec ça, on nous servira que les services de renseignement ont beaucoup appris de leurs erreurs et bavures de l’affaire Merah. Le gendarme de St Tropez n’aurait pas fait mieux…

Quatrième scandale: plus con que ça, tu meurs (notez la couleur rouge):

Saïd Arif venait de percevoir 5.000 euros de l’agence Pôle Emploi de Brioude qui lui a servi à s’enfuir.
C’est à dire qu’en France, un islamiste condamné pour avoir tenté de tuer des Français est non seulement logé à l’hôtel, nourri, blanchi, à vie et avec vos impôts, mais il reçoit en plus, de l’argent de Pôle Emploi !!!
Le mur du con a été franchi.





Le gouvernement dit non à la loi d'amnistie sociale

Mis à jour le  , publié le 
Des manifestants au Mans (Sarthe), le 20 mars 2012.
Des manifestants au Mans (Sarthe), le 20 mars 2012.
(CITIZENSIDE / AFP)
9
"Ceux qui ne votent pas la loi d'amnistie sociale ne sont pas de gauche", lançait Jean-Luc Mélenchon fin février, alors que les sénateurs communistes présentaient cette proposition de loi au Sénat. Adopté dans la douleur, le texte d'amnistie des délits et sanctions pour des faits commis lors de mouvements sociaux est discuté à l'Assemblée nationale, à partir du mercredi 24 avril. S'il divise la gauche, le gouvernement, lui, a tranché : il est contre.

C'est Alain Vidalies, le ministre des Relations avec le Parlement, qui l'a annoncé sur France info "La position du gouvernement dans ce débat sera non. Nous ne sommes pas favorables à cette amnistie, ni à aucune autre." Dans la foulée, Bruno Le Roux, patron des députés PS, a affirmé sur BFMTV que "ce texte, tel qu'il est aujourd'hui, ne p[ouvait] pas être adopté"



Viande périmée à l’emballage au Super U : le PDG " était en confiance "



 - David Catherine
- David Catherine
Philippe Boutreux, patron de deux Super U, indique être « surpris » de la fraude à l’emballage exercée depuis dix ans dans son supermarché de Langeac. Il souhaite que la procédure en cours établisse « toute la lumière sur la responsabilité de chacun »
«En tant que chef d’entreprise, j’assume pleinement la responsabilité de ce qui s’est produit au Super U de Langeac. Il s’agit d’un problème lié à ce magasin et uniquement à ce magasin ». Philippe Boutreux, propriétaire de deux supermarchés à l’enseigne Super U, l’un à Aiguilhe (1) et l’autre à Langeac, indique « être profondément affecté par cette situation et [il] espère que l’enquête permettra de bien identifier les responsabilités ».
Lors d’un contrôle sanitaire régulier, une fraude à la « remballe », pratique qui consiste à remettre à la vente des produits dont la DLC (date limite de consommation) est arrivée à terme en les reconditionnant, avait été mise au jour au rayon boucherie (voir La Montagne du 1er avril). Et sur demande du parquet du Puy-en-Velay, une enquête a été ouverte dans la foulée. Les investigations et auditions réalisées sur place ont révélé une supercherie identique au rayon charcuterie et un non-respect des règles de traçabilité sur de la viande de porc (lire notre édition de mardi). Elles ont également dévoilé une tromperie vieille de dix ans et connue semble-t-il des salariés…
« J’ai été surpris, assure Philippe Boutreux, propriétaire du Super U de Langeac depuis 2001. C’est un magasin qui fonctionne bien (2), avec une équipe stable. Je m’y rendais trois fois par mois, j’étais en confiance ».
Face « au comportement délictueux identifié sur deux rayons, explique-t-il, nous avons pris immédiatement toutes les dispositions visant à éliminer toute pratique contestable ». « Ce type de comportement est inadmissible, affirme le patron, et quelle qu’en soit l’origine, rien ne saurait le justifier. La procédure en cours permettra de faire l’éclairage sur les responsabilités de chacun et va démontrer quel était le système de contournement pour éviter les contrôles qualité ».



Un homme accuse la Française des Jeux de manipuler le hasard

CHANCE – Robert Riblet s'oppose depuis 12 ans à la Française des Jeux, qu'il accuse de ne pas respecter le principe du hasard. Malgré un premier non-lieu, cet ingénieur à la retraite a obtenu la relance de l'information judiciaire contre la société.

Avec lui, pas de hasard. Voilà 12 ans que Robert Riblet se bat contre la Française des jeux, la société de jeux d'argent, à laquelle il reproche de manipuler le hasard lors de la fabrication et l'envoi de ses tickets à gratter. Une entorse au principe de hasard, prouvée par cet ingénieur à la retraite et confirmée par la Direction générale de la concurrence. Bien que ces pratiques ne soient pas illégales, l'homme a obtenu la réouverture de l'information judiciaire ouverte en 2007. Et poursuit ses investigations.
Pendant plusieurs années, Robert Riblet traverse la France, discute avec les buralistes et achète pour 33 000 € de billets à partir de 2001, rapporte le journal Sud Ouest. Le voilà convaincu que la société de jeux établit des jackpots de manière homogène et mathématique. Chaque lot de cinquante tickets comporterait au maximum un exemplaire gagnant. De plus, l'entreprise programmerait la répartition géographique des gagnants. En 2007, une information judiciaire est ouverte.
Le Vegas hors de cause, les autres jeux grattés
Dans le camp d'en face, les responsables ne nient pas et assurent que les règles, qui n'ont rien d'illégal selon eux, étaient connues par les cadres de la société. Elles n'outrepassent pas le décret relatif à l'exploitation des jeux promulgué en 2002, qui précise que l'intervention du hasard peut être "totale ou prépondérante". Mais personne ne lâche et la justice se penche sur le cas des tickets Vegas, "répartis selon la voie du sort", d'après une précision inscrite dessus. Un linguiste est sondé, il estime que la phrase "suggère une certaine forme d'intervention". Le non-lieu est requis.
Restent néanmoins les autres jeux évoqués dans la plainte initiale de Robert Riblet, que le juge d'instruction
avait laissé de côté. Le 22 mars, la cour d'appel de Versailles relance l'information ouverte contre la Française des jeux pour escroquerie, tromperie et publicité mensongère, et ordonne au plaignant de pousser davantage son enquête. Face à la société aux 12 milliards d'euros de chiffre d'affaires et qui verse 3 milliards de taxes à l'État, l'ingénieur sait qu'il aura peu de chances de tomber sur le ticket gagnant.













































Guéant confirme la suppression des panneaux prévenant des radars Alors que la grogne monte du côté des députés de la majorité, Claude Guéant a réaffirmé sa volonté de ne pas revenir sur la suppression des panneaux prévenant de la présence des radars fixes. Claude Guéant ne renoncera pas à supprimer les panneaux avertissant des radars fixes SIPAC'est ce qui s'appelle une politique sans concession.

 Le ministre de l'Intérieur Claude Guéant a affirmé mercredi qu'il n'était pas question pour le gouvernement de renoncer à supprimer les panneaux prévenant de la présence de radars fixes. « La décision, c'est bien d'enlever les panneaux ! Elle n'est absolument pas remise en cause », a-t-il déclaré à la presse. « Cela étant, le gouvernement a pleinement conscience qu'il (faut) faire de la pédagogie de cette mesure et l'accompagner de moyens d'informations supplémentaires pour que l'automobiliste soit aidé à respecter les limites de vitesse », a-t-il dit. Il faudra peut-être plus qu'un peu de pédagogie pour faire accepter cette mesure aux Français, majoritairement opposés aux retraits des panneaux. Ils sont en effet 68% à être contre cette suppression, selon un sondage Ifop pour Sud-Ouest

. L'intransigeance de l'ancien secrétaire de l'Élysée ne s'arrête pourtant pas là car il a aussi déclaré mercredi que le gouvernement ne reviendrait pas sur la décision d'interdire les avertisseurs de radars. « Il ne s'agit pas d'embêter les gens » avec ces mesures mais de lutter contre l'insécurité routière, a affirmé le ministre de l'Intérieur. « Le racket, ça suffit ! » Réunis autour de Claude Guéant mercredi matin, la grande majorité des députés UMP sont repartis très mécontents. « Ca ne nous convient pas! Nous n'en resterons pas là », a prévenu Alfred Trassy-Paillogues en promettant des « actions ». « Le racket, ça suffit! », a lancé Bernard Depierre. « On est foutus! Vos mesures, c'est une catastrophe électorale. Avec ça, on a perdu les élections », a lâché, au cours de réunion à huis clos, Jean Auclair, selon des participants. Mardi, ils avaient chahuté le Premier ministre François Fillon, lors de leur réunion de groupe.

 « Il y a peut-être quelques réglages à faire », mais « le gouvernement doit prendre ces mesures, c'est son devoir », a répliqué Bernard Accoyer, le président de l'Assemblée (UMP), sur France Info. « Le plus important, c'est la sécurité routière. Après, que certaines mesures puissent être adaptées, ce qui a été évoqué dans la majorité, je pense que c'est ce qui va se passer. » La honte américaine .par Bellet Dominique, mercredi 18 mai 2011, 16:57. Je suis pour ma part très scandalisé et choqué des déboires de DSK. Peut importe la politique mais en qualité d'homme, je suis revolté. La conduite américaine me déçois au plus haut point et cela m'affecte profondément que l'on puisse broyer un être humain en 48 heures. Je ne remettrai plus les pieds sur le térritoire américain (même pour le boulot). leur comportement m'a trop déçu.... Qu'en pensez vous, donnez moi vos avis et mettez de coté les valeurs politique, penser à l'homme, car j'en suis certain, cela est impossible , j'ai cotoyé DSK et ce n'est pas l'homme que je connais.... Avec ce qu'il gaganait par mois, il pourrais s'en offrir des callgirls et non un simple femme de chambre, qui je ne sais pas ce qu'elle faisait dans les suites présidentielles qui sont réservées au personel 'élite et non au simple femme de chambre.

 Elle à déclaré ne pas connaître DSK, alors que dans ce type d'hôtel le moindre personel qui est autorisé à pénetrer dans l'étage des suites doit connaître le nom et le type de personalité de chaque chambre, attendons la suite qui nous reservera d'autres rebondisssement, mais en attendant l'un des hommes les plus puissants au monde est passé en 48h au grade de "vilain" sur uniquement les dires d'une petite femme de chambre, c'est trop facile cela. Il est vrai que les américains ont une revanche 'cinematographique".... . La France adopte la consultation médicale par Internet Un décret public au Journal officiel vient d'autoriser la médecine par Internet. Objectif : permettre à des patients isolés d'avoir accès à des diagnostics ou à des suivies plus rapides. Les généralistes sont sceptiques. Un diagnostic en un seul clic, c’est à présent possible. Déjà en place dans de nombreux pays comme la Suisse ou la Suède, la téléconsultation — via le Web — est officiellement autorisée en France. Un décret encadrant cette pratique vient d’être publié au « Journal officiel ».   « Avec ce décret, précise la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot (lire ci-dessous), on donne la possibilité au patient de bénéficier d’une consultation en ligne.

 » Le but de l’opération est de mettre un terme à la désertification médicale dont souffrent certaines régions, où il faut parfois faire 50 km pour rencontrer un spécialiste. Du côté du Conseil national de l’ordre des médecins, on se réjouit de la publication de ce texte qu’on attendait depuis plusieurs mois. En revanche, le syndicat des médecins libéraux en médecine générale n’est pas du même avis. « Je suis opposé à cette médecine fast-food, critique le docteur Michel Combier, responsable de ce syndicat. Cela va poser des problèmes lourds avec des risques de mauvais diagnostic ou de mauvaise prescriptions. » Car les médecins « on line » pourront aussi faire des ordonnance à leurs « e-patients ». Ce ne sera pas gratuit pour autant. Même si rien n’est arrêté, la « téléconsultation » pourrait coûter 22 €… remboursable ou pas en fonction de la densité des médecins dans votre région. « Toutefois, il ne faut pas confondre téléconseil et téléconsultation », rassure le docteur Jacques Lucas, vice-président du Conseil national de l’ordre des médecins. Dans le premier cas, on demande des conseils sur Internet et ensuite on va voir un médecin dans son cabinet.

 La téléconsultation, elle, supposera obligatoirement un examen du patient, avant ou après. Et Jacques Lucas de préciser « On ne pourra pas faire son petit truc dans son coin. Les patients isolés géographiquement iront auprès de regroupements de docteurs — petites cliniques, cabinets médicaux équipés avec le matériel nécessaire — et entreront en contact avec les experts des grands groupes hospitaliers qui seront eux aussi équipés. Les malades seront accompagnés. Il ne s’agit pas de déshumaniser la médecine. » Yvelines : 11 personnes se défenestrent par peur du diable De source policière, il s'agirait d'une séance de spiritisme qui aurait mal tourné. Samedi matin vers 5 heures, onze personnes, dont un bébé et trois enfants, ont été blessées à des degrés divers en sautant depuis le deuxième étage d'un immeuble situé rue Marcelle-Rivière à La Verrière (Yvelines), une commune de 6 000 habitants). Le bébé a été hospitalisé à l'hôpital Necker. Plusieurs des victimes défenestrées ont également été hospitalisées. Les circonstances du drame, très confuses au départ, semblent un peu s'éclaircir, selon les explications du parquet de Versailles. «Treize personnes se sont trouvées dans un appartement au second étage d'un immeuble quand, vers 3 heures du matin, l'un des occupants a entendu son enfant pleurer», explique Odile Faivre, procureure adjointe au parquet de Versailles. Un homme pris pour le malin, blessé à l'arme blanche «L'homme en question d'origine africaine, qui était tout nu, s'est levé dans l'appartement pour nourrir son enfant, tandis que les autres occupants l'ont pris pour le diable», a ajouté la procureure adjointe.

 «L'homme en question a été sérieusement blessé à la main d'un coup de couteau avant d'être expulsé de l'appartement», a-t-elle précisé. Le père de famille qui se trouvait dans le plus simple appareil a tenté d'entrer à nouveau dans l'appartement. «C'est à ce moment précisément que les autres occupants ont pris la fuite en sautant par la fenêtre, ayant une peur panique du diable», a poursuivi Odile Faivre. Outre celui qui a été confondu avec le diable, âgé de 30 ans, un deuxième homme qui se serait défenestré avec une fillette de deux ans dans les bras a été interpellé par la police. Selon le parquet de Versailles, parmi les personnes blessées, sept ont été transportées dans le services des urgences de plusieurs hôpitaux de la région. Ils souffrent de multiples traumatismes. Deux enfants ont été transportés à l'hôpital Necker, indique encore le parquet. L'enquête, qui comporte encore des zones d'ombre, se poursuit pour savoir si les personnes qui se sont défenestrées l'ont fait d'elles-mêmes ou si on les a obligées à le faire, selon Mme Faivre. Grandpuits : les gendarmes mobiles ont dégagé l'accès à la raffinerie L'accès à la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne), réquisitionnée par le préfet, a été dégagé peu avant 9 heures par des gendarmes mobiles. Un des grévistes réquisitionnés aurait été blessé, a constaté un journaliste du Parisien présent sur place : bousculé dans la cohue, il a été piétiné involontairement par les gendarmes et ses camarades. Agissant à mains nues et sans casque, les forces de l'ordre ont poussé les manifestants pour dégager le portail. Le ministère de l'Intérieur a affirmé que cette intervention s'était déroulée «dans le calme» et sans incident. «Ce n'est pas la raffinerie qui est réquisitionnée, c'est le stock de dépôt», a précisé le ministre de l'Energie Jean-Louis Borloo sur RMC. Un cordon citoyen pour soutenir les grévistes L'ambiance était tendue depuis 3h10 environ, où la raffinerie, bloquée par les grévistes depuis plusieurs jours a été réquisitionnée par la préfecture. Les gendarmes se sont postés aux accès pour filtrer les entrées

. Un «cordon citoyen» d'environ 90 personnes, habitants du quartier ou militants d'autres corporations, s'était alors formé pour tenter d'empêcher les grévistes réquisitionnés de pénétrer dans la raffinerie. Cette réquisition intervient à la veille des vacances de Toussaint, et au premier jour des départs en vacances, alors qu'encore un quart des stations services en France est en panne sèche. Le Premier ministre François Fillon tiendra une nouvelle réunion de crise sur la distribution des carburants ce matin à 11 heures, avec les principaux acteurs de la production et de la distribution. Un piquet de grève d'une cinquantaine de personnes Avant l'arrivée des gendarmes mobiles, les grévistes avaient décidé d'alléger le piquet de grève, qui comptait dan,s la nuit «une quinzaine de personnes». Vers 5 heures, l'effectif se chiffrait à «une cinquantaine de salariés», selon Franck Manchon, délégué syndical CGT, qui annoncait l'arrivée d'autres grévistes en renfort. Ceux-ci envisageaient vendredi matin de «faire opposition de façon juridique» aux réquisitons, a-t-il prévenu, mais comptaient «utiliser tous les moyens en (leur) possession pour continuer à faire valoir (leur) droit de grève». Selon Franck Manchon, le préfet de Seine-et-Marne, Michel Guillot, accompagné de ses collaborateurs, «est venu lui-même donner les réquisitions au personnel dans le but d'alimenter les stations service et tous les clients de Total, tout ça sous prétexte d'un code Défense».

 «Nous ne sommes pas en guerre, martèle le délégué syndical, nous ne sommes pas en état de siège, le code défense ne s'applique pas dans ce cas-là». Blocages et grèves : près de 3200 stations-service à sec A deux jours des vacances, 3190 stations-service sur 12311 sont «momentanément vides» et 1700 manquaient d'essence ou de gazole, a déclaré mercredi après-midi le ministre de l'Ecologie et de l'Energie. La veille, il avait indiqué que près de 4000 stations-essence étaient «en attente d'approvisionnement», sans faire de distinction.   Nicolas Sarkozy a annoncé le déblocage de «la totalité des dépôts» de carburants, quoiqu'il en soit le retour à la normale ne pourra être effectif avant les vacances. Dans la nuit de mardi à mercredi, les dépôts pétroliers de La Rochelle (Charente-Maritime) et du Mans (Sarthe) ont été débloqués dans le calme par les forces de l'ordre. Celui de Total à Donges (Loire-Atlantique) l'a été également mais, en réaction à cette intervention, les grévistes ont bloqué les voies d'accès au dépôt et à la raffinerie mise à l'arrêt le 12 octobre. Finalement, mais les gendarmes sont parvenus à «sécuriser» l'une des routes pour permettre le passage des camions-citernes. Dans l'après-midi, les manifestants qui barraient l'entrée du dépôt pétrolier ODC (oléoducs de défense commune) de Port-de-Bouc (Bouches-du-Rhône) ont levé le blocage, de leur propre initiative. A Ouistreham (Calvados), le site de Total, a été débloqué dans l'après-midi par les forces de l'ordre. «Il ne sert à rien de le bloquer, il est vide et les raffineries sont en grève», a commenté un gendarme. Un peu plus tôt, c'était au tour de Caen (Calvados). Pour la troisième fois en cinq jours, les forces de l'ordre sont intervenues. Ce dépôt stocke 50 à 60% du marché gazole et fioul de Basse-Normandie. Dérapage raciste : le magasin Guerlain occupé sur les Champs-Elysées Huit membres du collectif ANC (Alliance noire citoyenne), vêtus de tee-shirts noirs «brigade anti-négrophobie» ont occupé pendant 1h30 lundi soir, la maison de parfumerie Guerlain au 66 avenue des Champs-Elysées.

 Ils souhaitaient ainsi réagir au dérapage de Jean-Paul Guerlain sur le travail des «nègres», lors du journal télévisé de France 2 du 15 octobre . Délogés par la police, ils ont toutefois pu rencontrer la direction du magasin. Interrogé sur la création du parfum Samsara, le descendant du fondateur du groupe avait répondu : «Pour une fois, je me suis mis à travailler comme un nègre. Je ne sais pas si les nègres ont toujours tellement travaillé, mais enfin…». Face aux réactions outrées de l'opinion publique et des médias, Jean-Paul Guerlain, qui n'est plus salarié du groupe depuis 2002, ni actionnaire depuis 1996, s'était excusé le 15 octobre dernier en affirmant «J'assume seul la responsabilité de ses propos». De son côté, la direction de Guerlain a fortement condamné ses propos. Reste qu'à l'instar de la journaliste Audrey Pulvar qui a affirmé «je ne pourrai plus jamais porter la moindre fragrance de Guerlain», ces jeunes membres du collectif ne supportent pas «ces propos racistes». «Nous sommes scandalisés d'assister au énième dérapage diffusé sur une chaîne télévisée nationale et des excuses, on n'en veut plus ! » s'insurge Almamy, l'un des membres du collectif, qui a demandé à la direction du groupe «une réparation médiatique à la hauteur du préjudice». «Nous voulons que la direction de Guerlain condamne ses propos sur des chaînes télévisées nationales et pas seulement sur les réseaux sociaux comme facebook» pour en finir avec «l'idée que les noirs sont inférieurs». Carburant : selon Fillon, pas de retour à la normale «avant 4 jours» Les fédérations des transporteurs routiers ont mis en garde mardi contre un risque de pénurie de carburants, certaines entreprises ne pouvant déjà plus travailler et ayant recours à du chômage technique. Une réunion doit se tenir ce mardi après-midi à Matignon sur ce problème.

   La situation devient de plus en plus compliquée, mardi, pour les transporteurs. Ils mettent en garde contre un risque de pénurie de carburant. Une réunion se tiendra ce mardi après-midi à 16 heures à Matignon pour évoquer le problème de la distribution de carburant autour du premier ministre, François Fillon et en présence des principaux acteurs du secteur. Course à l'essence : vos photos sur YouSelon le premier ministre, près d'«un tiers des départements sont touchés par cette pénurie. » Il indique que le gouvernement a prévu un «plan d'acheminement des carburants» pour ravitailler les stations services mais que la situation devrait redevenir normale sous seulement 4 à 5 jours. «La fin de semaine va être difficile» Sur 250 pompes à essence réservées aux routiers, 90 sont d'ores et déjà à sec. La FNTR (Fédération nationale des transports routiers) a donc demandé au gouvernement «de débloquer les dépôts de carburant, de fixer des priorités dans la livraison du carburant pour les véhicules utilitaires sinon, sans camions, il y a un risque de paralysie de l'économie.» Jean-Paul Deneuville, délégué général de la Fédération nationale des transports routiers déclare que « la fin de semaine (allait) être difficile.» Certaines entreprises, qui n'ont pas de cuve de gasoil, «ne peuvent déjà plus transporter» des marchandises, faute de carburant et ce sera pareil pour celles disposant de cuves d'ici demain ou après-demain, a déclaré un porte-parole d'OTRE, organisation patronale représentant les TPE et PME du secteur. Une situation que la la Fédération des Entreprises de transport et logistique de France (TLF) confirme mardi.

 «Plusieurs de nos entreprises sont en rupture d'approvisionnement et ne peuvent plus assurer les services», a regretté son président Philippe Grillot, qui déplore le décalage entre le discours du gouvernement et la réalité sur le terrain. En conséquence, plusieurs entreprise ont du mettre leurs employés au chômage technique. Le Mans : l'émotion des élèves après l'incendie de leur collège Mardi matin, peu après l'incendie qui a ravagé le collège Val d'Huisne au Mans, les 250 élèves et leurs parents ont été accueillis dans une salle commune, à quelques centaines de mètres de l'établissement dont il ne reste rien, ou presque. Certains collégiens étaient en larmes, d'autres tentaient de trouver des réponses auprès du maire de la ville, Jean-Claude Boulard (PS), et du principal du collège, Alain Galeazzi. «Où est-ce qu'on va aller à l'école maintenant?», «comment on va faire pour rester avec nos copains?», «comment faire pour que nos enfants qui passent le BEPC à la fin de l'année ne soient pas pénalisés?».

 «Vraisemblablement d'origine criminelle» Le ministre de l'Education nationale est arrivé sur place dans la matinée. Luc Chatel a «condamné avec la plus grande fermeté cet acte inqualifiable», «vraisemblablement d'origine criminelle». Le préfet de la Sarthe Emmanuel Berthier a en outre évoqué des traces «d'effraction» et «d'engin incendiaire». «On sait qu'on a un foyer à l'intérieur, mais l'origine exacte du foyer, on ne la connaît pas», a nuancé une source proche de l'enquête. L'incendie, qui s'est déclaré peu après minuit, était «maîtrisé» à 5 heures mais son origine reste à élucider. Aucune victime n'est à déplorer. Selon des informations recueillies par un correspondant de l'AFP sur place mais non confirmées de source officielle, les grilles d'accès à l'établissement étaient bloquées par des poubelles et des chariots de supermarché à l'arrivée des secours Retraites : le cortège parisien est parti Transports en commun perturbés, stations-service à sec... la journée de mardi, émailllée par de nombreuses manifestations pour dénoncer la réforme des retraites, s'annonce chargée dans toute la France. Lundi déjà, des mobilisations s'étaient soldées par des actes de violence notamment à Evry, Nanterre et Lyon. 14 heures. Départ de la manifestation parisienne de la place d'Italie en direction des Invalides. 13h40. François Fillon annonce qu'il faudra «quatre à cinq jours avant que la situation redevienne normale» pour l'approvisionnement en carburant grâce à un «plan d'acheminement du carburant». 13h30. Peu avant le départ de la manifestation parisienne, Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, appelle le gouvernement à accepter «des négociations avec les syndicats». 13h20. Un total de 1.158 «casseurs» ont été interpellés depuis une semaine en marge des manifestations en France contre la réforme des retraites, dont 163 personnes mardi à la mi-journée, selon le ministère de l'Intérieur. Carburant : plus de 2 500 stations-essence à sec Plus de 2500 stations-essence étaient en rupture de stock de carburant dans toute la France lundi soir.

 La grande distribution, comme les indépendants sont touchés. Le gouvernement a activé à 14 heures, un centre interministériel de crise pour assurer «la pérennité du ravitaillement en carburant» dans l'Hexagone, après une réunion à l'Elysée présidée par Nicolas Sarkozy. La rareté a amené une hausse du prix du gazole, le carburant le plus vendu en France (75% de la consommation). Sur les deux dernières semaines, il a progressé de 2,61% et s'établissait vendredi 15 octobre à son plus haut niveau depuis trois mois et demi, selon la Direction générale de l'Énergie et du Climat. Bercy a demandé lundi à la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) de réaliser des contrôles pour prévenir des hausses de prix des carburants non justifiées. Par ailleurs, les préfets des Ardennes et de la Marne ont demandé lundi un geste citoyen aux automobilistes afin qu'ils «limitent leurs déplacements dans la mesure du possible». La grande distribution affectée Le manque d'essence à la pompe affecte particulièrement le réseau de la grande distribution ainsi que les stations rurales. Sur 4 800 stations gérées par Casino, Carrefour, Auchan, Cora, Leclerc et Intermarché, «il y en a quelque 1 500 en rupture d'un produit ou totalement à sec», a déclaré Alexandre de Benoist, délégué général de l'Union des importateurs indépendants pétroliers (UIP, grande distribution). Le groupe Carrefour qui compte 300 stations-service «en rupture totale de carburant» sur les 1246 qu'elle possède, estime que «le risque de pénurie est réel». Il appelle le gouvernement à débloquer les dépôts pétroliers. Michel-Edouard Leclerc a précisé sur BFM-TV qu'«qu'au rythme des approvisionnements actuels, il n'y en aura plus d'ici la fin de la semaine, sauf si l'on trouve d'ici là une issue à ce conflit». Sur l'ensemble de la France, «on est largement au-dessus des 2000 stations touchées» au total, a déclaré un porte-parole des distributeurs indépendants de la FF3C (Fédération française des carburants, combustibles et chauffage), dont de nombreuses stations sont situées en milieu rural. Total a fait état lundi soir de «650 stations en rupture de plusieurs produits». En agrégeant ces chiffres, le nombre de stations en manque de carburant dépasse 2.600. Seule l'Union française des industries pétrolières (Ufip) s'en tient à un chiffre inférieur «de 1000 à 1500 stations».

 La situation de la Bretagne est «très inquiétante» Les difficultés d'approvisionnement affectent différemment les régions. Dans le réseau de la grande distribution, le nord de la France est mieux loti que l'ouest : «La Bretagne est dans une situation très inquiétante, selon l'UIP. Tous les dépôts de Bretagne rencontrent une difficulté actuellement.». En région parisienne, 80% des stations-essence étaient fermées ce dimanche soir dans l'Essonne et plusieurs autres départements d'Ile-de-France faisaient face au même phénomène. Dans Paris, dès 6heures ce matin, d'interminables files d'attente s'allongeaient pour relier des stations situées aux portes de la capitale. Du côté des indépendants, «les régions les plus touchées sont ce lundi la Normandie, la Champagne, Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Rhône-Alpes et Midi-Pyrénées, Auvergne et Limousin», selon la FF3C. Certains produits comme l'essence risquent de manquer à très court terme, en raison de l'absence de réseaux d'importation. La menace pèse aussi sur le fioul domestique avec l'arrivée du froid plus tôt que prévu, selon l'UIP. Blocages et déblocages Pour assurer «la pérennité du ravitaillement», les forces de l'ordre ont débloqué lundi vers 15 heures le dépôt de carburant de Frontignan, près de Sète (Hérault) mais une partie du personnel a cessé le travail lundi en fin d'après-midi, rendant à nouveau impossible l'approvisionnement. A Brest (Finistère), le dépôt pétrolier du port a été rouvert en milieu de journée. Les militants qui bloquaient les deux dépôts pétroliers du terminal de Port-la-Nouvelle (Aude) ont levé leurs barrages lundi après-midi, sans intervention des forces de l'ordre. Par ailleurs, les salariés de la raffinerie de pétrole brut de Reichstett (Bas-Rhin) ont voté lundi matin la poursuite du blocage des expéditions.


 Dans le Calvados, alors que le dépôt de Ouistreham a été débloqué au bout de douze heures sur invitation des forces de l'ordre, plus aucun carburant ne sortait lundi soir du site de Caen. A Dunkerque (Nord), le dépôt était toujours paralysé. A Saint-Pierre-des-Corps près de Tours (Indre-et-Loire ), l'occupation, entamée lundi à l'aube par des routiers devait se poursuivre au moins jusqu'à mardi matin. Par ailleurs, les salariés de la raffinerie de pétrole brut de Reichstett (Bas-Rhin) ont voté lundi matin la poursuite du blocage des expéditions. «Moins de dix» dépôts de carburants sur 200 étaient bloqués en fin de journée, selon le président de l'Ufip. Le mouvement se poursuit dans toutes les raffineries métropolitaine Les douze raffineries que compte la France métropolitaine sont toujours en grève (voir ci-dessous). Chez Total, cinq sites sur six sont à l'arrêt : Dunkerque depuis un an, Grandpuits (Seine-et-Marne), Provence, Feyzin (Rhône) qui a reconduit le mouvement jusqu'à mercredi, tandis qu'à Donges, (Loire-Atlantique), la deuxième raffinerie de France, la grève durera au moins jusqu'à vendredi. Les manœuvres d'arrêt étaient en cours à la raffinerie de Gonfreville-L'Orcher (en Seine-Maritime). Sur les site d'Esso à Gravenchon (Seine-Maritime) et Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), la direction, parle d'une «situation de plus en plus critique». En Seine-et-Marne, la CGT de Total dénonce la réquisition du personnel de la raffinerie de Grandpuits, décidée par le préfet au nom de «la tranquillité et la sécurité publiques», comme une atteinte au droit de grève. Néanmoins, le syndicat a trouvé un accord dans l'après-midi avec la direction pour la livraison de carburant aux services publics de santé et de sécurité uniquement.


  Retraites : les manifestations lycéennes dégénèrent

Les routiers sont entrés ce lundi matin dans le mouvement de protestation contre la réforme des retraites au début d'une semaine qui s'annonce cruciale dans le conflit. Des perturbations sont toujours sensibles dans les transports en commun et des lycées sont affectés par la grève. Le trafic aérien sera lui aussi touché à partir de mardi, à la suite d'un préavis de grève des syndicats. 30 à 50% d'avions ne devraient pas décoller ce jour-là. 13 h 30. La situation est «extrêmement préoccupante» dans les quelque 3500 stations-service gérées par les distributeurs indépendants, qui sont situées pour la plupart dans les zones rurales, en raison du blocage des dépôts et de la paralysie des raffineries, annonce leur fédération. 12 h 45. La police a procédé à 50 interpellations pour des contrôles d'identité en marge de manifestations de lycéens qui ont dégénéré en violences lundi matin à Lille. Alors que 200 jeunes manifestaient à proximité du lycée Baggio, certains ont brûlé des voitures, dégradé du mobilier urbain et jeté des projectiles sur les forces de l'ordre. A Roubaix, six interpellations ont également eu lieu pour des dégradations de mobilier urbain et des jets de projectiles, en marge de manifestations de lycéens. 12 h 40. Le centre interministériel de crise pour le ravitaillement en carburant sera activé dès 14 heures pour assurer «la pérennité du ravitaillement en carburant» dans le pays. 12 h 30. Une centaine de manifestants, à l'appel notamment de la CGT et de Solidaires, ont organisé lundi en fin de matinée une opération péage gratuit auprès des automobilistes et un blocage des camions sur l'A63 à Biarritz. 12h20. La police a lancé du gaz lacrymogènes à Mulhouse (Haut-Rhin) pour disperser une manifestation d'environ 400 lycéens qui protestaient contre la réforme des retraites 12h20. Un policier a été blessé par des jets de pierre à Lagny, en Seine-et-Marne, et des cocktails Molotov ont été lancés en direction des forces de l'ordre devant un lycée de Combs-la-Ville. 12h15. Neuf lycéens ont été interpellés à Méru et Chantilly dans l'Oise à la suite de bris de vitres sur des voitures en marge de manifestations. Entre 1500 et 1700 lycéens ont manifesté. 12h10. Pendant une demi-heure, 150 ouvriers d'Alstom ont bloqué une entrée de l'autoroute A2, dans le sens Valenciennes-Lille, près de Valenciennes. 12h05. Treize lycéens ont été interpellés à Franqueville-Saint-Pierre, près de Rouen, à la suite de dégradations commises lundi matin dans le cadre d'une manifestation lycéenne. 12 heures. A Lyon, quelque 300 lycéens partis depuis les VIIe et VIIIe manifestaient lundi matin dans le quartier de la Croix-Rousse, certains commettant des dégradations, renversant des voitures en stationnement, dont au moins une a été incendiée. 11h50. Le dépôt pétrolier Rubis, situé sur la zone industrielle de Grand-Quevilly, près de Rouen (Seine-maritime), est à nouveau bloqué depuis lundi 5 heures du matin. Rubis avait été débloqué samedi matin avant l'aube, après avoir été bloqué depuis la veille. 11h40. Les perturbations liées à la réforme des retraites touchent maintenant le ciel aérien. La direction générale de l’Aviation civile a demandé aux compagnies aériennes, compte tenu des préavis de grève déposés par les organisations syndicales, de réduire leur programme de vols de : 50% sur l’aéroport d’Orly et de 30% sur le reste des aéroports métropolitains. 11h30. Une réunion du conseil général qui se tenait à Chartres (Eure et Loire) a été perturbée par l'irruption d'une centaine de manifestants (agriculteurs, enseignants, lycéens). Les élus du conseil général qui délibéraient sur le budget ont dû interrompre la séance. Le président lui s'est enfui tandis que les manifestants entonnaient l'Internationale. 11h20. Alors que l'Education nationale fait état de 261 lycées perturbés lundi matin, l'UNL, le premier syndicat lycéen, en annonce 650 dont 400 seraient bloqués. Selon le syndicat, une vingtaine (sur une centaine au total) seraient mobilisés à Paris, dont Charlemagne, Jean-Lurçat, Voltaire, Rabelais, Sophie-Germain, François-Villon, Fénelon, Camille-Sée. Selon la préfecture de Seine-Saint-Denis, 22 lycées ainsi que deux collèges sont bloqués lundi matin sur le département. 11h15. Une réunion s'est tenue lundi matin à l'Elysée autour du président Nicolas Sarkozy, en présence du Premier ministre François Fillon et de plusieurs ministres. La réunion qui a duré plus d'une heure, s'est terminée peu après 11H00, heure à laquelle sont sortis de l'Elysée, outre le chef du gouvernement, les ministres du travail Eric Woerth, de l'Ecologie Jean-Louis Borloo, des Transports Dominique Bussereau, de l'Intérieur Brice Hortefeux, de l'Education nationale Luc Chatel, également porte-parole du gouvernement, et des Relations avec le Parlement Henri de Raincourt. MM. Fillon et Woerth sont restés un long moment à discuter sur le perron de l'Elysée. 11 heures. Dans l'Essonne, 2500 lycéens défilent dans les rues et 21 établissements sont touchés par la grève. Des actes de vandalisme se sont déroulés au centre commercial Evry 2 et devant un lycée de Savigny-sur-Orge où les forces de l'ordre ont tiré des grenades lacrymogènes. 10h35. L'opération escargot sur l'autoroute A1, démarrée vers 7h30, a pris fin peu après 10h30. Les routiers, accompagnés de quelques cheminots, sont partis de Lille jusqu'à Arras, avant de repartir sur le péage de Fresnes-les-Montauban, avec quelques véhicules, dont deux camionnettes arborant des drapeaux de la CFDT. Ils ont ainsi perturbé le trafic alternativement dans les deux sens, occasionnant jusqu'à «dix kilomètres de ralentissements», selon le CRICR (Centre régional d'information et de coordination routières). 10h30. Après un début de matinée marqué par d'importantes perturbations, la circulation revient à la normale sur le réseau Ile-de-France. 10 h 15. A Toulouse, les syndicalistes et militants qui bloquaient depuis l'aube les deux dépôts de bus de Tisseo, le réseau de transports en commun toulousain, lèvent leurs barrages. Le blocage du dépôt de Langlade (sud de Toulouse) a pris fin vers 09H30 et celui d'Atlanta (nord) une trentaine de minutes après. 10 heures. L'intervention des forces de l'ordre est attendue pour déloger des manifestants qui bloquent lundi depuis 7 heures les voies SNCF dans le Gard et l'Hérault, empêchant tout trafic de trains entre Nîmes et Montpellier et entre Montpellier et Béziers 9 h 50. Plus d'un millier de stations-service sont en rupture de stock de carburant lundi en matinée, selon l'Union des importateurs indépendants pétroliers (UIP), qui représente la grande distribution, soit 60% des ventes en France. 9 h 45. La principale fédération des transporteurs routiers, la FNTR, ne s'attend pas lundi à un mouvement social d'ampleur. «Les organisations syndicales de salariés réussiront à l'échelle nationale à mobiliser quelques centaines de salariés mais nous ne pensons pas que ça puisse être un mouvement généralisé», déclare Nicolas Paulissen, délégué général adjoint. 9 heures. 261 lycées étaient «perturbés à des degrés divers» lundi à 9 heures, soit 6 % des 4.302 lycées de France, a affirmé le ministère de l'Education nationale. Plusieurs blocages ont été signalés un peu partout en France. Les portes du lycée Colbert à Paris (Xe) étaient bloquées matin par des poubelles et des palettes.Des incidents se sont produits entre forces de l'ordre et jeunes devant le lycée Joliot-Curie de Nanterre, qui était bloqué par des élèves. Au lycée Doisneau, situé face au quartier des Tarterêts à Corbeil-Essonnes (Essonne), tous les accès étaient cadenassés et les professeurs étaient empêchés d'entrer. 7 h 30. Une opération escargot se met en place sur l'autoroute A1 entre Lille et Arras. 7 heures. Une dizaine de véhicules provoquent un ralentissement d'une dizaine de kilomètres sur l'A6 en direction de Paris.

  Retraites : routiers et cheminots promettent des actions dès ce soir

 Alors que la réforme des retraites entre dans une semaine décisive, avec une nouvelle journée d'action mardi prochain, à la veille du vote au Sénat, les quatre principaux syndicats de la SNCF ont annoncé un «rebond» de leur action dès ce dimanche soir et surtout lundi. Une action qui sera pour la première fois relayée sur les routes par les professionnels du transport routier. «Ce dimanche soir, mais surtout demain, nous allons voir un rebond significatif de grévistes à la SNCF», a assuré Didier Le Reste, secrétaire général de la CGT-Cheminot. «On a décidé de créer une vraie dynamique de mobilisation», qui ne sera «pas de la seule responsabilité des cheminots», avec des actions qui feront «mal en terme de conséquences économiques», comme des blocages, des barrages filtrants à des points stratégiques, a précisé Christophe Dard (CFDT-Cheminots). Ce week-end, des actions ponctuelles ont ainsi été menées par des routiers : blocages temporaires de rond-points ou de dépôts pétroliers, distributions de tracts. Mais le mouvement va s'amplifier dans les heures à venir. «Les routiers sont contents de rentrer dans l'action», résume Maxime Dumont, secrétaire général de la CFDT-FGTE qui recoupe plusieurs métiers de transport comme les ambulanciers, les déménageurs, les logisticiens, les convoyeurs de fonds. «618 000 personnes travaillent dans ces branches», rappelle le responsable syndical. Opération escargot en préparation sur l'A1 Le syndicat, majoritaire du secteur, promet une forte mobilisation dans tout le pays et n'exclut pas d'investir des sites pétroliers ou des axes stratégiques. Maxime Dumont parle notamment d'«opérations escargots, de barrages autoroutiers, de blocages de rond-points». «On montera crescendo dans ce que l'on sait faire, c'est-à-dire ne pas approvisionner le pays», a expliqué Maxime Dumont à RTL. «Ca peut permettre de faire évoluer les choses lorsque l'on n'a plus de billets dans un distributeur ou lorsque l'on n'a plus de malades à faire transporter. Tout peut s'envisager», a prévenu le responsable syndical. Selon la Voix du Nord, une opération escargot serait notamment en préparation sur l'A1 entre Lille et Arras entre 7 heures et 14 heures lundi, «avec une opération "péage gratuit" à Arras et un blocage "stratégique" au retour». Même s'ils sont «soucieux de garder l'effet de surprise», les routiers ont listé quelques cibles potentielles : «centres de transport, plateformes de distribution, péages, gares, aéroports... et dépôts de carburant», rapporte le quotidien.

  Woerth parle d'«une baisse significative» du nombre de manifestants

 Après le succès des manifestations de mardi dernier, et avant une nouvelle mobilisation mardi 19 octobre, des centaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue ce samedi pour la cinquième fois en un mois contre le projet de réforme des retraites du gouvernement. En savoir plus 264 «casseurs» interpellés vendredi Trafic SNCF et RATP : encore du mieux ce samedi Selon le ministère de l'Intérieur, la mobilisation a été la plus faible depuis le début du mois de septembre. Les syndicats, eux, affichent une nouvelle fois le chiffre de trois millions de manifestants. 19h15. Des heurts ont éclaté à Saint-Nazaire entre plusieurs centaines de jeunes manifestants et les forces de l'ordre, à l'issue de la la manifestation sur les retraites qui s'était, elle, déroulée dans le calme. Plusieurs des jeunes ont été interpellés. 19h10. L'Unef, principal syndicat étudiant, estime que 25 000 jeunes, lycéens ou étudiants, ont participé samedi à la manifestation parisienne. Mardi 12 octobre, l'Unef avait annoncé un chiffre de 20.000. La porte-parole de l'Unef, Vanessa Favaro, appelle les jeunes à «participer plus nombreux encore à la journée de mardi» prochain 150 «casseurs» arrêtés aujourd'hui en marge des manifestations Au troisième jour de leur mobilisation contre la réforme des retraites, les lycéens poursuivent leurs actions de bloquage ou manifestations un peu partout en France. Comme jeudi, des incidents sont à signaler, au sein ou en marge des défilés, et des blessés sont à déplorer dans les rangs des manifestants comme dans ceux des policiers. . Le ministère de l'Intérieur indique que plus de 150 «casseurs» ont été interpellés vendredi en marge des manifestations lycéennes. 15h55. Quatre organisations de défense des chômeurs (AC !, Apeis, MNCP, CGT-Chômeurs) appellent à «amplifier» le mouvement contre la réforme des retraites, estimant qu'il faut créer «dès à présent» les conditions de «la poursuite de l'action». En savoir plus Le flash-ball, c'est quoi ? 15h40. L'Inspection générale de la police (IGPN) a été saisie pour enquêter sur les échauffourées entre policiers et manifestants, mardi, à Caen. Selon le procureur adjoint Jean-Pierre Triaulaire, c'est le père d'un manifestant grièvement blessé qui a porté plainte. 15h30. Une proviseur-adjointe d'un lycée de Bordeaux a été légèrement blessée à la tête vendredi matin quand des élèves extérieurs à l'établissement ont tenté de pénétrer à l'intérieur, en marge d'une manifestation. Martine Sanmartin a reçu sur la tête une poignée de musculation pour les mains. 15h20. Une policière a été légèrement blessée vendredi matin à Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne) au cours de la manifestation conduite par environ 300 lycéens. 14h20 : un lycéen de 18 ans, qui comparaissait devant le tribunal correctionnel de Brest après le bris d'une vitre d'abribus, jeudi, lors d'une manifestation de jeunes contre la réforme des retraites, a été condamné à 40 heures de travaux d'intérêt général (TIG). 14h10. Brice Hortefeux, le ministre de l'Intérieur, demande aux forces de l'ordre de faire preuve de retenue et de «limiter l'usage de la force au strict nécessaire», dans un télégramme sur les «manifestations de lycéens et collégiens» envoyé aux préfets Meurtre de l'A13 : arrestation du dixième et dernier suspect Le dernier des dix suspects dans le cadre du meurtre de l’autoroute A 13 a été interpellé vendredi matin aux Mureaux (Yvelines). Ce jeune homme de 24 ans a été placé en garde à vue à Viroflay, dans les locaux de la Sûreté départementale des Yvelines. Le 27 juin dernier vers 1 h du matin à hauteur des Mureaux, Mohamed Laidouni, 30 ans, salarié d'une imprimerie de Torcy (Seine-et-Marne) avait été battu à mort par dix jeunes des quartiers sensibles des Musiciens et de la Vigne Blanche, après un différend consécutif à un banal accrochage entre deux voitures. Cette nuit-là, trois voitures à bord desquelles se trouvaient sept membres d’une même famille algérienne, circulaient sur l’autoroute A 13. Au niveau de la bretelle d’accès venant des Mureaux, une Renault Clio a surgi avec un couple à bord. Elle est entrée en collision avec l'un des véhicules de la famiulle algérienne, une Audi, occasionnant de légers dégâts matériels. Le conducteur de l’Audi veut faire un constat mais le couple refuse, puis appelle des amis des cités voisines des Mureaux. Une Clio 106 les rejoint avec huit personnes à bord, et une bagarre éclate. Mohammed est roué de coups sous les yeux de ses proches. Il mourra à l’hôpital d’un œdème cérébral qui a entraîné un arrêt du cœur. Sept personnes avaient été mises en examen dans les jours qui avaient suivi le drame, avant que deux autres suspects ne décident de se livrer à la police et soient incarcérés.

  Lycéens : mobilisation en hausse, incidents en marge des manifestations

La mobilisation des lycéens pour la défense des retraites ne faiblit pas, au contraire. Jeudi à la mi-journée, ce sont environ 900 lycées qui étaient «mobilisés» dont «près de 550 bloqués», selon l'Union nationale lycéenne (UNL), le ministère de l'Education nationale ayant cité le chiffre de 340 lycées perturbés à des degrés divers. Dégradations, heurts avec les forces de police... les manifestations ont parfois dégénéré en région parisienne, comme dans le Val-de-Marne ou en Seine-Saint-Denis, où un jeune a été blessé par un tir de flash-ball. Une dizaine d'interpellations sont à noter à Lyon, suite à d'importantes dégradations. En Ile-de-France A Paris, «une trentaine» d'établissements étaient bloqués selon l'UNL, notamment Hélène-Boucher, Chaptal, Balzac, Buffon, Jacques-Decour, Voltaire, Janson-de-Sailly, Montaigne, Racine, Maurice-Ravel. Dans ce dernier établissement, des lycéens ont utilisés des panneaux métalliques du chantier voisin du tramway pour bloquer l'entrée. Dans l'après-midi, vers 16 heures, plusiers centaines d'élèves, issus notamment des lycées Maurice-Ravel et Hélène-Boucher, s'étaient rassemblés à proximité du Champ-de-Mars, très encadrés par les organisations syndicales. A quelques dizaines de mètres de distance, les CRS et gendarmes mobiles, équipés de grilles et de boucliers anti-émeutes, tentaient de leur interdire l'accès à l'avenue Bosquet, où se trouve le siège du Medef. Dans le Val-de-Marne, des rassemblements ont eu lieu devant 19 lycées, de source policière, le plus important étant recensé devant le lycée Robert-Schuman de Charenton-le-Pont, avec 500 personnes. Une quinzaine de personnes ont été interpellées pour des jets de pierre ou des dégradations en marge de ces manifestations selon la préfecture. A Créteil, le centre commercial a dû être entièrement évacué et a été fermé pendant près d'une heure, après qu'une centaine de manifestants l'a envahi. Aucune dégradation n'a été commise. Des feux de poubelle et des jets de projectiles «commis par des groupes violents soit issus des lycées soit extérieurs» ont eu lieu devant l'Ecole Nationale Supérieure de Cachan, dans le centre de Champigny-sur-Marne et à Villeneuve-le-Roi. En Seine-Saint-Denis, des «échauffourées» se sont produites à Montreuil, entre forces de l'ordre et jeunes, alors que des milliers de lycéens manifestaient en France contre la réforme des retraites, a-t-on appris de sources policières. Lors d'un regroupement, des jeunes ont jeté des pierres sur les forces de l'ordre. Un jeune de 16 ans a été «légèrement blessé au visage par un tir de flashball intervenu suite aux jets de projectile contre les forces de l'ordre», a déclaré la préfecture. L'adolescent a été évacué à l'hôpital André-Grégoire de Montreuil. L'Inspection générale des services (IGS, police des polices) a été saisie. Dans le Val-d'Oise, à Argenteuil, les forces de l'ordre ont dispersé plusieurs manifestations alors que du matériel urbain a été dégradé par des manifestants, selon une source proche de l'enquête, aux «attitudes de casseurs». Dans le Nord-Pas-de-Calais A Lens (Pas-de-Calais), alors que près de 2000 lycéens manifestaient à midi aux abords de la gare, «des fauteurs de troubles isolés, dont certains portaient des cagoules, en ont alors profité pour caillasser les forces de l'ordre», a expliqué le commissaire. Des voitures ont également été endommagées. Dix personnes ont été interpellées. En Rhône-Alpes A Lyon, un groupe de 400 lycéens se déplaçait dans les 7e et 8e arrondissements. Des dégradations ont été commises sur des abri-bus et des véhicules, principalement par jets de projectiles. Une dizaine de lycéens ont été interpellés», a indiqué la préfecture. Dans le sud-est En Languedoc-Roussillon, 56 lycées généraux ou professionnels étaient perturbés, dont 13 entièrement bloqués, selon le rectorat. A Montpellier (Hérault), environ 1500 lycéens, selon la police, ont défilé dans les rues, provoquant des perturbations du trafic routier, et des manifestations ont eu lieu aussi à Lunel et Clermont-L'Hérault (Hérault), rassemblant respectivement 700 et 180 lycéens, selon la préfecture. A Nîmes (Gard), où 1000 lycéens environ ont défilé en centre-ville, des voitures ont été brûlées et cinq policiers «caillassés et blessés» près du lycée Dhuoda, selon la préfecture. Le proviseur de cet établissement précise que ces incidents ne relèvent pas de lycéens en colère, mais de groupes venus de l'extérieur. Dans l'académie d'Aix-Marseille, 29 lycées étaient perturbés par des mouvements. Selon le rectorat, quinze établissements étaient affectés par des barrages filtrants, sept perturbés par des actions sporadiques et sept autres entièrement bloqués. Dans les Alpes-Maritimes, la plupart des lycées de Nice, Antibes, Grasse, sont bloqués ou avec des barrages filtrants à l'entrée, a indiqué un porte-parole de l'Unef dans les Alpes-maritimes mais selon le rectorat, quatre lycées seulement sont «perturbés» dans le département (2 à Grasse, 1 à Nice, 1 à Cagnes-sur-mer). Dans le Var, selon le rectorat, deux lycées sont bloqués (Toulon et banlieue toulonnaise) et 6 perturbés (3 à Toulon, 2 à Hyères et 1 à Six-fours-les-plages). Dans le sud-ouest A Bordeaux, quelque 2.000 lycéens (selon la police), partis de la mairie, ont rejoint place de la Victoire, dans le quartier étudiant, un cortège d'environ 1200 salariés, partis de la gare. Renforcé par un millier de personnes au gré de sa progression, le défilé a gagné la préfecture aux cris de «grève générale, jusqu'à satisfaction» ou encore «Sarko, ta réforme, elle est foutue». A Toulouse, où six organisations syndicales (CGT, CFDT, FO, FSU, Solidaires et UNSA) organisaient une manifestation départementale contre la réforme des retraites, des rassemblements ont eu lieu devant plusieurs lycées avant 8 heures. Dans l'ouest A Brest, les lycéens, rejoints par des étudiants, étaient environ 2000 peu avant 11h00, selon une source policière. Le défilé était relativement calme, avec très peu de banderoles. Selon une source policière, un jeune a été interpellé après la casse d'un abri-bus. De grosses perturbations de circulation ont eu lieu dans la ville en début de matinée, avec des blocages de rond-point à au moins deux entrées de la ville. A Nantes, plusieurs milliers de lycéens, étudiants, mais aussi de salariés de la Caisse régionale d'assurance maladie, de l'inspection du travail ou de La Poste ont commencé à défiler dans le centre-ville en fin de matinée. «On sait que c'est les jeunes qui font pencher la balance: on continue demain, on continue la semaine prochaine tant qu'il faudra pour faire retirer le projet», a déclaré Alizée Avargues, l'une des lycéennes en tête du mouvement. A Saint-Nazaire, au moins un millier de personne, dont la moitié environ de lycéens, se sont rassemblées devant le chantier naval STX. Des cheminots, des salariés de STX, des profs, des salariés d'Airbus participaient également à la manifestation. Au Havre, 3.000 lycéens défilaient dans les rues selon des sources concordantes. A Rennes, le président de l'université de Rennes 2, Marc Gontard, a décidé de fermer l'établissement pour la journée de jeudi, «le temps de se retourner» et «pour raisons de sécurité». Dans la nuit de mercredi à jeudi, un groupe d'une «cinquantaine d'anarchistes autonomes» et quelques lycéens ont pris des barrières pour bloquer l'accès au campus, a-t-l expliqué. La veille, près d'un millier d'étudiants de Rennes 2 avaient voté mercredi à une courte majorité, au terme de plus de deux heures d'assemblée générale, le blocage de la fac jeudi. Une nouvelle AG est prévue jeudi après-midi, après la manifestation avec les lycéens, pour décider de la suite du mouvement. Dans la région Centre, plus de 1700 lycéens ont manifesté dans la matinée à Orléans, près d'un millier à Blois et entre 200 et 300 à Tours. Lycéens dans la rue : Royal précise ses propos L' intervention télévisée de Ségolène Royal sur TF1 mardi soir a suscité les attaques en règle des ténors de la majorité. Face à ce tollé, la présidente de socialiste de Poitou-Charentes a précisé mercredi soir le sens de ses propos de la veille. Argenteuil et Sarcelles : deux proviseurs blessés Elle avait alors déclaré : «A 15 ans, à 16 ans, je pense en effet que les jeunes sont responsables et savent pourquoi ils descendent dans la rue. Je leur demande d'ailleurs de descendre dans la rue, mais de façon très pacifique». Cette dernière phrase avait été diversement appréciée. Ce mercredi soir, au micro de France Info, elle a dénoncé l'«instrumentalisation» par la droite de ses déclarations de mardi soir. «Je trouve que les jeunes méritent autre chose que cette polémique, d'autant que je n'ai jamais appelé les jeunes à manifester dans la rue». Et de poursuivre : «Au contraire, j'ai appelé à la prudence, j'ai dit très clairement sur TF1 que ce n'était pas mon rôle d'encourager les jeunes à descendre dans la rue mais que, s'ils le faisaient, je leur conseillais de le faire très pacifiquement». L'ex-candidate PS à la présidentielle de 2007 a également insisté sur l'indépendance du point de vue des lycéens : «C'est à eux (les lycéens, ndlr) de décider en toute connaissance de cause» de l'action à mener.

  Jugée pour avoir arraché le niqab d’une touriste

 Une enseignante comparaît devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir agressé une femme musulmane portant un voile couvrant son visage. Professeur d’anglais à la retraite, Marlène, une Parisienne âgée de 63 ans, doit comparaître pour « violences aggravées » cet après-midi devant la 17e chambre correctionnelle de Paris. On lui reproche d’avoir agressé une jeune touriste originaire des Emirats arabes unis au motif que cette femme musulmane portait un niqab, étoffe couvrant le visage à l’exception des yeux. La scène s’était déroulée le 3 février dans un magasin du XVe arrondissement. L’ancienne enseignante reconnaît avoir arraché le voile, dont le port en France constitue à ses yeux « une provocation », mais conteste avoir giflé et mordu la touriste. « Cette agression est une atteinte à la liberté de la religion », a estimé Me Louiza Bouziani, l’avocate de la plaignante interrogée par l’AFP. A la veille de son procès, Marlène se confie pour la première fois. Que s’est-il passé ce 3 février? MARLÈNE. Je me promenais dans mon quartier et je suis entrée dans un magasin de décoration. J’ai alors vu deux femmes dont une habillée tout de noir avec un niqab. J’ai pensé : Le voile intégral en France, ce n’est pas possible! Je l’ai dit à ces femmes qui m’ont répondu : English, english. J’ignorais qu’elles venaient du Golfe. Agacée, j’ai tiré sur le niqab. L’histoire s’est ensuite envenimée… Oui. Après un tour dans le magasin, j’ai remarqué que la jeune femme avait remis son voile. Là, je me suis énervée, c’est vrai que je n’aurais pas dû. Je lui ai arraché son niqab et j’ai crié. J’ai voulu faire un petit scandale.

  Retraites : 54% des Français favorables à une grève générale

 Les Français sont favorables à 54% à ce que «les syndicats organisent une grève générale comme en 1995» si le gouvernement refuse de revenir sur sa décision de repousser l'âge de départ à la retraite, selon un sondage BVA pour Canal Plus, diffusé jeudi. A la question «si le gouvernement refuse de revenir sur sa décision de repousser l'âge de départ à la retraite, seriez-vous favorable ou opposé à ce que les syndicats organisent une grève générale comme en 1995 ?», 54% ont répondu oui et 45% non, 1% ne se prononçant pas. Les plus favorables sont les 25 à 34 ans (68%), les salariés du secteur public (71%) et les ouvriers (70%). Les plus de 65 ans sont au contraire seulement 35% à y être favorables. Le sondage portait aussi sur les anticipations des Français, avec la question «avez-vous le sentiment que la mise en place de la réforme des retraites est susceptible de déboucher dans les mois qui viennent sur un mouvement social important ou une paralysie du pays comme en 1995 ?» 66% ont répondu «oui» (24% «oui tout à fait», 42% «oui plutôt») et 32% «non» (28% «non pas vraiment», 4% «pas du tout»). 2% ne se prononcent pas. A la question: «diriez-vous que cette journée de grève (le 12 octobre) a été plutôt un succès ou plutôt un échec pour les syndicats et l'opposition?», les personnes interrogées ont été 78% à répondre «plutôt un succès» et 20% à répondre «plutôt un échec» (2% se se prononcent pas).

  Retraites: incidents et interpellations en marge des manifestations lycéennes

 La mobilisation des lycéens pour la défense des retraites ne faiblit pas, au contraire. Jeudi à la mi-journée, ce sont environ 900 lycées qui étaient «mobilisés» dont «près de 550 bloqués», a affirmé l'Union nationale lycéenne (UNL), le ministère de l'Education nationale ayant cité le chiffre de 340 lycées perturbés à des degrés divers. Dégradations, heurts avec les forces de police... les manifestations ont parfois dégénéré en région parisienne, comme dans le Val-de-Marne ou encore en Seine-Saint-Denis où un jeune a été blessé. Une dizaine d'interpellations ont également eu lieu à Lyon suite à d'importantes dégradations. A Paris, «une trentaine» d'établissements étaient bloqués selon l'UNL, notamment Hélène-Boucher, Chaptal, Balzac, Buffon, Jacques-Decour, Voltaire, Janson-de-Sailly, Montaigne, Racine, Maurice-Ravel. Dans ce dernier établissement, des lycéens ont utilisés des panneaux métalliques du chantier voisin du tramway pour bloquer l'entrée. Dans le Val-de-Marne, des rassemblements ont eu lieu devant 19 lycées, de source policière, le plus important étant recensé devant le lycée Robert-Schuman de Charenton-le-Pont, avec 500 personnes. Une quinzaine de personnes ont été interpellées pour des jets de pierre ou des dégradations en marge de ces manifestations selon la préfecture. A Créteil, le centre commercial a dû être entièrement évacué et a été fermé pendant près d'une heure, après qu'une centaine de manifestants l'a envahi. Aucune dégradation n'a été commise. Des feux de poubelle et des jets de projectiles «commis par des groupes violents soit issus des lycées soit extérieurs» ont eu lieu devant l'Ecole Nationale Supérieure de Cachan, dans le centre de Champigny-sur-Marne et à Villeneuve-le-Roi. En Seine-Saint-Denis, des «échauffourées» se sont produites à Montreuil, entre forces de l'ordre et jeunes, alors que des milliers de lycéens manifestaient en France contre la réforme des retraites, a-t-on appris de sources policières. Lors d'un regroupement, des jeunes ont jeté des pierres sur les forces de l'ordre. Un jeune de 16 ans a été «légèrement blessé au visage par un tir de flashball intervenu suite aux jets de projectile contre les forces de l'ordre», a déclaré la préfecture. L'adolescent a été évacué à l'hôpital André-Grégoire de Montreuil. L'Inspection générale des services (IGS, police des polices) a été saisie. Dans le Val-d'Oise, à Argenteuil, les forces de l'ordre ont dispersé plusieurs manifestations alors que du matériel urbain a été dégradé par, selon une source proche de l'enquête, des manifestants aux «attitudes de casseurs». A Lyon, un groupe de 400 lycéens se déplaçait dans les 7e et 8e arrondissements. Des dégradations ont été commises sur des abri-bus et des véhicules, principalement par jets de projectiles. Une dizaine de lycéens ont été interpellés», a indiqué la préfecture. Forte mobilisation des jeunes dans le sud-est et l'ouest Plusieurs manifestations de lycéens ont également eu lieu dans le Sud-Est et dans l'Ouest. Environ 1500 lycéens, selon la police, ont défilé dans les rues de Montpellier, provoquant des perturbations du trafic routier, et des manifestations ont eu lieu aussi à Lunel et Clermont-L'Hérault (Hérault), rassemblant respectivement 700 et 180 lycéens, selon la préfecture. A Toulouse, où six organisations syndicales (CGT, CFDT, FO, FSU, Solidaires et UNSA) organisaient une manifestation départementale contre la réforme des retraites, des rassemblements ont eu lieu devant plusieurs lycées avant 8 heures. A Brest, Nantes, le Havre ou encore Rennes, des cortèges se ont également formés, émaillés de quelques incidents. En Languedoc-Roussillon, 56 lycées généraux ou professionnels étaient perturbés, dont 13 entièrement bloqués, selon le rectorat. Dans l'académie d'Aix-Marseille, 29 lycées étaient perturbés par des mouvements. Selon le rectorat, quinze établissements étaient affectés par des barrages filtrants, sept perturbés par des actions sporadiques et sept autres entièrement bloqués. Dans les Alpes-Maritimes, la plupart des lycées de Nice, Antibes, Grasse, sont bloqués ou avec des barrages filtrants à l'entrée, a indiqué un porte-parole de l'Unef dans les Alpes-maritimes mais selon le rectorat, quatre lycées seulement sont «perturbés» dans le département (2 à Grasse, 1 à Nice, 1 à Cagnes-sur-mer). Dans le Var, selon le rectorat, deux lycées sont bloqués (Toulon et banlieue toulonnaise) et 6 perturbés (3 à Toulon, 2 à Hyères et 1 à Six-fours-les-plages). A Brest, les lycéens, rejoints par des étudiants, étaient environ 2000 peu avant 11h00, selon une source policière. Le défilé était relativement calme, avec très peu de banderoles, a constaté un journaliste de l'AFP. Selon une source policière, un jeune a été interpellé après la casse d'un abri-bus. De grosses perturbations de circulation ont eu lieu dans la ville en début de matinée, avec des blocages de rond-point à au moins deux entrées de la ville. A Nantes, plusieurs milliers de lycéens, étudiants, mais aussi de salariés de la Caisse régionale d'assurance maladie, de l'inspection du travail ou de La Poste ont commencé à défiler dans le centre-ville en fin de matinée. «On sait que c'est les jeunes qui font pencher la balance: on continue demain, on continue la semaine prochaine tant qu'il faudra pour faire retirer le projet», a déclaré Alizée Avargues, l'une des lycéennes en tête du mouvement. A Saint-Nazaire, au moins un millier de personne, dont la moitié environ de lycéens, se sont rassemblées devant le chantier naval STX. Des cheminots, des salariés de STX, des profs, des salariés d'Airbus participaient également à la manifestation. Au Havre, 3.000 lycéens défilaient dans les rues selon des sources concordantes. Dans la région Centre, plus de 1700 lycéens ont manifesté dans la matinée à Orléans, près d'un millier à Blois et entre 200 et 300 à Tours. L'université de Rennes fermée pour toute la journée Le président de l'université de Rennes 2 Marc Gontard a décidé de fermer l'établissement pour la journée de jeudi «pour raisons de sécurité». Dans la nuit de mercredi à jeudi, un groupe d'une «cinquantaine d'anarchistes autonomes» et quelques lycéens ont pris des barrières pour bloquer l'accès au campus, a déclaré Marc Gontard. La décision de fermer l'université a été prise «le temps de se retourner» et «pour raisons de sécurité», a précisé le président de cette université souvent en pointe dans les mouvements étudiants. La veille, près d'un millier d'étudiants de Rennes 2 avaient voté mercredi à une courte majorité, au terme de plus de deux heures d'assemblée générale, le blocage de la fac jeudi. Une nouvelle AG est prévue jeudi après-midi, après la manifestation avec les lycéens, pour décider de la suite du mouvement

. Retraites : l'UNL appelle les lycéens à se mobiliser jeudi

 Au lendemain des manifestations contre la réforme des retraites auxquelles ont participé de nombreux jeunes, l'Union nationale lycéenne a appelé mercredi les lycéens à poursuivre la mobilisation jeudi. Assemblées générales et manifestations sont au programme de cette nouvelle journée d'action. A Paris, l'UNL prévoit notamment un rassemblement devant le siège du Medef, le patronat français, à 15H30. 135 lycées perturbés mercredi Mercredi, la première organisation lycéenne n'avait pas donné de consignes spécifiques mais 135 lycées, soit 3,1 % de l'ensemble des lycées français, étaient plus ou moins perturbés. Parmi eux, 29 étaient totalement bloqués selon le ministère, qui notait «un fort taux d'absentéisme». La veille, on dénombrait entre 357 établissements (selon le ministère) et 800 (selon l'UNL) perturbés. Après l'appel de Ségolène Royal aux jeunes à manifester dans le calme mardi, la Peep (deuxième fédération de parents d'élèves de l'enseignement public) s'est insurgée contre une «instrumentalisation des jeunes.» «Quelle image ces adultes donnent-ils à des jeunes en construction ? Dans quel monde vivons-nous ! Un monde où des adultes brandissent l'étendard de la peur et prônent une société de la défiance et de la désobéissance auprès de nos jeunes», peut-on lire dans un communiqué. 25 lycées perturbés en Ile-de-France Mercredi, en Ile-de-France, trois lycées étaient bloqués (dans l'académie de Versailles) et 25 perturbés. A Paris, le ministère a compté sept tentatives de blocage. En Seine-Saint-Denis, selon l'inspection d'académie, deux lycées de Villepinte et Noisy-le-Sec connaissaient des barrages filtrants. Dans le Val-de-Marne, à Chennevières-sur-Marne, environ 200 élèves ont bloqué le lycée polyvalent Champlain, pour continuer la «révolution» face à la réforme des retraites. A noter quelques incidents dans le Val d'Oise, à Argenteuil et à Sarcelles, où deux proviseurs ont été légèrement blessés mercredi matin. Dans le sud du pays, 200 lycéens bloquaient à Cahors le lycée Clément-Marot, tandis qu'à Saint-Christol-lès-Alès (Gard) la départementale D6110 était coupée en matinée en raison d'une manifestation de jeunes. Selon le rectorat de Nice, trois lycées étaient perturbés par des barrages filtrants dans les Alpes-Maritimes et cinq dans le Var. A Marseille, les enseignants du lycée Saint-Exupéry ont décidé dans la matinée de reconduire la grève pour le retrait de la réforme des retraites. D'autres assemblées générales devaient se tenir dans la journée dans plusieurs établissements de la ville, alors que 300 enseignants réunis en intersyndicale ont voté mardi soir le principe d'une grève renconductible.

  Carburants : la grève reconduite dans des raffineries

La pénurie d'essence est elle pour bientôt ? Pour la coordination des syndicats CGT du groupe Total, des stations service pourraient bien être à sec «dans un très proche avenir, contrairement au propos de l'Ufip (l'Union française des industries pétrolières) et du gouvernement», alors que 56 pétroliers étaient toujours bloqués au large de Marseille. En savoir plus Craignez-vous une pénurie d'essence ? Il faut savoir que l'arrêt d'une raffinerie, processus très lourd, prend plusieurs jours. La carence éventuelle en carburants dépendra de la reconduction du mouvement entamé ce mardi : onze des douze raffineries situées de métropole étaient touchées par des grèves, parfois partielles, contre la réforme des retraites. D'après la CGT, la plupart des sites ont reconduit le mouvement mardi soir. D'autres doivent se prononcer ce mercredi lors d'assemblées générales. Toutes les raffineries de Total en France, six au total, étaient touchées par le mouvement, sans conséquence sur les approvisionnements en carburants, d'après la direction. Sur ces six, celle de Feyzin (Rhône), où la CFDT est majoritaire, est la moins touchée. Les salariés devaient voter mercredi à 6 heures sur la poursuite ou non de la grève, d'après un élu du CE. Des manœuvres d'arrêt sur trois sites Total Dans les cinq autres raffinerie du géant pétrolier français, la CGT, majoritaire appelle à la reconduite du mouvement. Trois sites ont d'ores et déjà entamé des manœuvres d'arrêt : celles de Donges (Loire-Atlantique) et de Grandpuits (Seine-et-Marne) depuis mardi matin, celle de La Mède (Bouches-du-Rhône) depuis dimanche matin, en raison du blocage des terminaux pétroliers de Fos-sur-Mer et Lavera par la CGT portuaire. La direction de Total a fait savoir qu'elle «a pris les dispositions nécessaires» et «pour l'instant le mouvement n'a pas de conséquences visibles sur les approvisionnements» en carburants. Autour de l'étang de Berre, outre la raffinerie Total de La Mède, se trouvent trois autres raffineries (LyondellBasel à Berre, Esso à Fos et Ineos à Lavera). Déjà perturbées par le blocage des terminaux pétroliers proches, elles sont aussi entrées en grève reconductible, parfois partiellement, comme le site d' Esso de Fos, où seul le personnel chargé des expéditions de produits a été en grève mardi. Les personnels de la Compagnie industrielle et maritime (CIM), qui gère au Havre les terminaux pétroliers, sont également entrés en grève reconductible mardi, d'après la CGT. Ces terminaux alimentent les raffineries de la vallée de la Seine et livrent en kérosène les aéroports de Roissy et Orly. Concernant les raffineries du groupe Petroplus, à Petit-Couronne, près de Rouen, la grève reconductible avec réduction de production engagée lundi s'est poursuivie mardi. A la raffinerie de Reichstett, près de Strasbourg (Bas-Rhin), appartenant au même groupe, seul un débrayage d'une heure a été organisé, selon la CFDT. Des stations-essence prises d'assaut Dans l'Ouest, des stations-essence avaient été prises d'assaut dans plusieurs villes, indique le journal Ouest-France. Selon les syndicalistes de la raffinerie de Donges, « la pénurie se fera sentir sous trois à cinq jours.» En prévision d'une rupture de stock, les deux hypermarchés de la ville des Herbiers (Loire-Atlantique) ont décidé de limiter la consommation d'essence à 30 euros par véhicule. A Vannes, il faut compter en moyenne une demi-heure d'attente avant de pouvoir être servi.

  Pour Baroin, le bouclier fiscal est «un symbole d'injustice»

 Le ministre du Budget François Baroin a reconnu mercredi que le bouclier fiscal était devenu «un symbole d'injustice» tout en réaffirmant que le gouvernement ne voulait pas, «dans la précipitation», le «faire sauter», en même que l'ISF, dans le budget 2011. «Nous ne voulons pas dans la précipitation, au cours de cette loi de finances 2011, faire sauter le bouclier fiscal qui est devenu un symbole d'injustice», a-t-il dit sur France Inter. «L'intérêt politique est que l'on se retrouve autour d'une loi de finances rectificative, probablement au mois de juin», pour en débattre, a-t-il poursuivi. Car «si on a un ISF, on a un bouclier; s'il n'y a plus de bouclier, il faut avoir le courage d'affronter le dossier, lui aussi symbolique, de l'ISF». Pour autant, le ministre juge «difficile d'envisager la suppression de l'ISF sans une réflexion sur la substitution d'un impôt sur le patrimoine». Nicolas Sarkozy a fait part de son intention de réformer la fiscalité du patrimoine en juin, en reçevant mardi des députés de la majorité, dont certains sont favorables à la suppression conjointe de l'ISF et du bouclier fiscal. Mesure phare du «paquet fiscal» adopté en 2007, le bouclier fiscal, qui plafonne à 50% des revenus le taux d'imposition, était défendu jusque-là sans concession par le président de la République malgré les critiques de plus en plus nombreuses à droite comme à gauche.

  Retraites: Eric Woerth se dit «à l'écoute mais déterminé»

Le ministre du Travail, Eric Woerth, qui avait parlé à l'issue de la manifestation du 23 septembre d'une «décélération» du mouvement social contre la réforme des retraites, reconnait aujourd'hui la «forte mobilisation» dans la rue mardi parce que, dit-il, «la réforme est forte». Mais il affirme que le gouvernement ne va «pas reculer» dans la conduite de sa réforme qu'il juge «juste». «On est calme et serein», a affirmé mercredi matin sur RTL le ministre, «déterminé» à mener la réforme tout en assurant «rester à l'écoute» des manifestants. «C'est mieux que ce qu'a fait Mitterrand et les socialistes, a t-il déclaré. Deux ans de plus (de 60 à 62 ans), c'est moins que ce que beaucoup de pays ont proposé à leurs concitoyens...» Revenant sur les débats au Sénat qui a déjà adopté les points forts de cette réforme avec notamment le passage de 60 à 62 ans de l'âge légal du départ à la retraite, le ministre du Travail, a expliqué que la «pédagogie sur les retraites est assez compliquée». Il trouve l'appel de Royal aux lycéens «inadmissible» Y aura t-il de nouveaux amendements? Le ministre du Travail affirme que «l'équilibre général de la réforme est construit. On va au rythme des sénateurs, on va au fond des débats... C'est un sujet sérieux, aucun texte n'est ficelé tant qu'il n'est pas sorti des deux assemblées». Interrogé sur la mobilisation des lycéens au côté des manifestants dans la rue qui pourrait donner une autre dimension à ce mouvement social, Eric Woerth s'en est pris surtout à Ségolène Royal . Il a trouvé «inadmissible» que l'ex-candidate (PS) à l'Elysée ait appelé mardi sur TF1 les jeunes à «descendre dans la rue, mais de façon très pacifique». Perturbations identiques mercredi à la SNCF, du mieux à la RATP 20h00 Les jours se suivent et risquent de se ressembler dans les transports. A la SNCF comme à la RATP, les assemblées générales ont largement reconduit la grève pour mercredi afin de dénoncer la réforme des retraites. Les perturbations devraient être très similaires à celles de mardi sur le réseau ferroviaire. La direction de la RATP a, elle, prévu une amélioration du trafic pour mercredi. Les prévisions de trafic pour mercredi à la SNCF Pertubation identiques sur les TGV, Transilien, et TER. Le nombre de TGV sera en moyenne d’ 1 train sur 3 (1 train sur 2 sur l'axe Nord et un TGV sur 5 pour les TGV province à province). 4 trains sur 10 sont prévus pour le TER, et 1 Corail de jour sur 3. Le trafic Téoz sera assuré à raison d'1 train sur 3. Pour l'international, le trafic est normal sur Eurostar vers Londres. Huit Thalys sur dix circulent vers la Belgique et les Pays-Bas, deux trains sur trois vers l'Allemagne, et neuf trains sur dix vers la Suisse. La SNCF«conseille à chaque voyageur de s'informer spécifiquement sur son trajet. La liste des trains qui circulent sera affichée dans chaque gare. Tout billet de grandes lignes sera valable pendant la période à bord de tout train circulant ce jour-là sur la relation considérée». «Les clients préférant annuler un voyage comportant une réservation pour un train de la période concernée pourront le faire sans frais au guichet, quel que soit le tarif», précise-t-elle encore. Vous pouvez obtenir davantage de renseignements sur le site infolignes.com. En région parisienne, le Transilien sera proche, en heure de pointe, de 4 trains sur 10. Vous pouvez consulter les horaires de tous les trains en cliquant sur les liens ci-contre. Sur la ligne A du RER pour la partie gérée par la SNCF (branche Cergy et Poissy), le trafic devrait être normal avec quelques perturbations possibles. Par contre sur les lignes B et D, l'interconnexion est supprimée à Paris-Nord. RATP : trafic réduit sur la ligne B du RER La RATP a prévu pour mercredi un trafic meilleur que mardi. Pour le métro : 3 trois trains sur 4 devraient circuler. RER : sur la ligne A, le trafic devrait être proche de la normale. Mais sur la ligne B, un train sur 4 seulement sera assuré. ISF et bouclier fiscal : Sarkozy envisage une loi en juin 2011 Nicolas Sarkozy s'est exprimé mardi en faveur de la suppression du bouclier fiscal et de l'Impôt sur la fortune (ISF), actuellement réclamée par un tiers des députés UMP. Mais le président s'est montré moins pressé, évoquant une loi en juin 2011. Officiellement, la réforme est dûe à la convergence franco-allemande. Le chef de l'Etat a fait part de ses intentions lors d'un déjeuner avec des députés UMP et Nouveau Centre. «Il souhaite que le sujet soit traité dans une loi de finances rectificative», a expliqué le député UMP Michel Piron, auteur de l'amendement en faveur de la double suppression bouclier fiscal/ISF qui a recueilli 125 signatures (sur un total de 314 députés UMP). Une loi «en juin 2011», a précisé le président UMP de la commission des Affaires sociales, Pierre Méhaignerie. Pas question d'adopter l'amendement «d'appel» L'Elysée, le gouvernement et les ténors de l'UMP à l'Assemblée nationale saluent l'«amendement d'appel» qui lance le débat, mais qu'il n'est pas question, préviennent-ils, d'adopter en loi de finances. «Je considère que la loi de finances est un bon véhicule pour traiter cette partie de la réforme fiscale», répond Michel Piron, qui a bien l'intention de défendre son amendement mercredi en commission puis la semaine prochaine lors du débat dans l'hémicycle sur le projet de budget 2011. «On veut un débat sérieux qui ne peut pas être mené en 15 jours. Ce débat aura lieu de janvier à juin», a déclaré à la presse Pierre Méhaignerie en revenant de l'Elysée. D'ici là, les parlementaires recevront un rapport de la Cour des comptes sur la convergence fiscale franco-allemande, en janvier. Une question à 3 milliards d'euros La réforme fiscale est une question à trois milliards d'euros, à savoir la différence entre le produit de l'ISF (environ 3,5 milliards) et le coût du bouclier fiscal (quelque 600 millions d'euros) plafonnant l'impôt à 50% des revenus déclarés. «Si l'ISF devait être supprimé, le bouclier le serait aussi. Les trois milliards seraient trouvés sur les catégories les plus favorisées», envisage Pierre Méhaignerie, citant «un impôt sur les revenus du patrimoine et un impôt sur les plus-values immobilières et mobilières». A 18 mois de la présidentielle, le député exclut de remplacer l'ISF par un impôt sur le revenu, qui pénaliserait les classes moyennes, ou une hausse de la taxe à la valeur ajoutée (TVA), qui pèserait sur la croissance et la consommation. Il écarte du même coup l'idée d'une «TVA anti-délocalisation» de Jean-François Copé. «Marché de dupes» Auteur de l'amendement, Michel Piron assure qu'en cas de suppression de l'ISF, «les quatre/cinquièmes de nouvelles ressources» viendraient de la fiscalité sur les patrimoines, et le reste, d'une mise à contribution des très hauts revenus. L'opposition, elle, crie «au marché de dupes». «Le boulet du bouclier gêne (le chef de l'Etat). Il n'a pas envie de le traîner jusqu'aux élections. Et donc il fait une opération grossière», a tempêté le patron des députés socialistes, Jean-Marc Ayrault. «Je ne me fais aucune illusion. Nicolas Sarkozy aura beau dire et faire, il est et reste le président des riches», a-t-il ajouté. Retraites : des milliers de lycéens manifestent à Paris 16h45 Lycée par lycée la mobilisation contre la réforme des retraites gagne du terrain. De nombreux établissements ont rejoint mardi pour la première fois depuis le début des journées d'action, la contestation contre la réforme des retraites. A Paris, rejoints par des étudiants, des milliers de lycéens ont manifesté bruyamment, sous les bannières de l'UNL (Union nationale lycéenne), l'Unef (Union nationale des étudiants de France), la Fidl (Fédération indépendante et démocratique lycéenne), et des Jeunesses communistes, dans un cortège occupant une bonne partie de la rue de Rennes (VIe arrondissement). A la mi-journée, le ministère avait recensé des perturbations dans 357 lycées (sur 4302 en France) «Au plus fort des mouvements», 90 établissements ont été bloqués, des blocages levés «pour la plupart» à la mi-journée selon le ministère. L'UNL, le principale organisation lycéenne, elle, a recensé des mouvements de contestation dans quelque 400 établissement, et annonçait «une très, très grosse journée». La Fidl (deuxième organisation) prévoyait également la présence de «beaucoup de lycéens» dans les cortèges. Une présence massive des jeunes que Raymond Soubie, le conseiller social de Nicolas Sarkozy, estime paradoxale : cette réforme «d'abord faite pour eux», a-t-il déclaré dans un entretien au site challenges.fr. Des mouvements dans les lycées parisiens A Condorcet, dans le IXe arrondissement parisien, les protestataires ont installé des plots de construction, laissant entrer les élèves qui voulaient aller en cours. A Joliot-Curie, à Nanterre (Hauts-de-Seine), lycée toujours en pointe dans les mouvements sociaux, des manifestants ont symboliquement apposé des chaînes sur la porte d'entrée et annonçaient leur présence dans le cortège parisien. «Il faut se mobiliser à n'importe quel âge afin que l'on ne parte pas de plus en plus tard à la retraite. Beaucoup de gens sont licenciés à 50 ans et ensuite impossible de retrouver du travail», commentait Nelson L., 15 ans, en seconde au lycée Jacques-Decour (IXe arrondissement de Paris). De nombreux élèves ont, par ailleurs, trouvé portes closes mardi, en Ile-de-France où une cinquantaine d'établissements étaient affectés par le mouvement, ce mardi matin. Le Snupden-FSU, syndicat minoritaire des chefs d'établissement, a appelé les élèves à «respecter les biens et les personnes» et demandé que «les leaders ne soient pas sanctionnés comme par le passé». Metz : le service de chirurgie cardiaque fermé en urgence C’est une décision rarissime qui a été prise, lundi, à l’encontre du service de chirurgie cardiaque du centre hospitalier régional (CHR) de Metz Bonsecours : dans la journée, ce service dirigé par le docteur Roux a été fermé. La directrice a fait par ailleurs poser des verrous, afin que nul ne puisse toucher aux dossiers médicaux des patients. Cette procédure, inédite en France, fait suite selon nos informations, à la découverte de taux de mortalité frôlant des niveaux records. Envoyée le 20 septembre dernier par le directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS), Jean-Yves Grall, une mission d’expertise composée de deux chirurgiens cardiaques et d’un anesthésiste a confirmé l’existence de taux de mortalité extrêmement élevés, et ce pour tous les types d’opérations. Les pontages ? Alors que la moyenne nationale de mortalité se situe à 3,4 % et que la mortalité attendue à Metz (calculée selon le profil des malades hospitalisés) aurait dû atteindre 3,6%, elle atteignait en fait 4,8% en 2009, soit bien plus. Cet écart n’est rien en comparaison des données obtenues sur les «remplacements de valves» : pour ce type d’opérations, alors que la mortalité avoisine 6,9% en moyenne nationale, et que la mortalité «attendue» à Metz aurait dû être cette fois de 8%, le taux réel constaté par les experts pour l’année 2009 a dépassé... 19% (19,1%)! Si on applique ce coefficient de surmortalité -sachant que, l’an dernier, le service de chirurgie cardiaque de Metz a réalisé 126 remplacements de valves-, environ quatorze décès auraient pu être évités... En 2007, le Parisien-Aujourd’hui en France avait consacré une série d’articles à ce service, dans lequel les dépassements d’honoraires demandés aux patients étaient bien plus nombreux qu’ailleurs, et dans lequel, surtout, la surmortalité était plus élevée que la moyenne. Un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) rendu à l’automne, avait «blanchi» le chirurgien. Contacté hier matin, le Dr Pierre-Michel Roux ne nous avait pas répondu. MOBILISATION CONTRE LE PROJET DE REFORME DES RETRAITES Grèves : fortes perturbations dans les transports en commun  La journée s'annonce compliquée dans les transports mardi à l'occasion de la nouvelle journée d'action contre la réforme des retraites. Dans les transports publics, à la SNCF et sur de nombreuses lignes RATP, le trafic est réduit. La circulation en temps réel en Ile-de-FranceLes syndicats font le pari de grèves et de manifestations d'ampleur dans toute la France, certaines grèves pouvant être reconduites. Selon François Chérèque (CFDT), «c'est une des dernières occasions de faire reculer le gouvernement». La CGT, 1er syndicat de la RATP, ainsi que FO, Sud et CFDT ont déposé des préavis illimités à partir de mardi, tandis que la CFTC appelle à 24 heures de grève. L'Unsa, 2e syndicat, n'appelle en revanche pas à la grève les conducteurs. Seule la branche GATC du syndicat Unsa (commercial, services généraux...) a déposé un préavis pour 24 heures. Tous les syndicats de la SNCF ont déposé des préavis reconductibles. Le trafic ferroviaire sera inférieur à celui des dernières journées de grève sur les retraites. «Il est conseillé à chaque voyageur de s'informer spécifiquement sur son trajet. La liste des trains qui circulent sera affichée dans chaque gare. Tout billet de grandes lignes sera valable pendant la période à bord de tout train circulant ce jour-là sur la relation considérée», insiste la SNCF. «Les clients préférant annuler un voyage comportant une réservation pour un train de la période concernée pourront le faire sans frais au guichet, quel que soit le tarif», précise-t-elle encore. Des perturbations à la SNCF A la SNCF, les perturbations ont commencé dès lundi soir avec la suppression des trains de nuit Lunea. Pour ce mardi, le trafic en début de matinée est perturbé, mais conforme aux prévisiones: Le trafic TGV est en moyenne d’ 1 train sur 3, 4 sur 10 pour le TER, et 1 Corail de jour sur 3. Le trafic Téoz est assuré à raison d'1 train sur 3. En région parisienne, le Transilien est proche, en heure de pointe, de 4 trains sur 10. Pour l'international, le trafic est normal sur Eurostar vers Londres. 8 Thalys sur 10 circulent vers la Belgique et les Pays-Bas, deux trains sur trois vers l'Allemagne, et 8 trains sur 10 vers la Suisse. Sur la ligne A du RER pour la partie gérée par la SNCF (branche Cergy et Poissy), plus d'un train sur deux roule avec l'interconnexion maintenue avec la RATP. Par contre sur les lignes B et D, l'interconnexion est supprimée à Paris-Nord. RATP : RER perturbés, situation variable dans le métro A la RATP, 1 RER B sur 5 circule, 1 RER A sur 2, les perturbations sont variables dans le métro, 3 bus sur 4 en moyenne et une circulation quasi normale des tramways. Pour le métro : le trafic sur les lignes 1, 11 et 14 du métro est quasi normal. Trois trains sur 4 roulent sur la ligne 6. Sur les lignes 2, 4, 6, 8, 9 et 13, sont prévus 3 trains sur 4. Sur les lignes 3, 7, 2 trains sur 3. Sur la ligne 5, 1 train sur 2. Et sur les lignes 10 et 12 sont prévus 2 trains sur 3. Pour le RER B en zone RATP (de Paris-Nord à Robinson et Saint-Rémy-les-Chevreuse au sud), seul 1 train sur 5 circule. Tous les trains seront au départ et terminus de la gare de Denfert-Rochereau. Pour le RER A (de Saint-Germain-en-Laye à Marne-la-Vallée/Chessy TGV et Boissy-Saint-Léger), 1 train sur 2 est assuré et l'interconnexion maintenue à Nanterre Préfecture. Les horaires seront affichés dans les gares dès le lundi 11 octobre. La RATP met à la disposition de ses voyageurs un numéro vert : 0 800 15 11 11. Avions : un vol sur deux annulé à Orly Quelque 30% des vols sont annulés aux aéroports de Roissy et Beauvais et 50% à Orly. Otages : Aqmi exigerait de la France l'abrogation de la loi sur le voile  Selon la chaîne satellitaire arabe Al-Arabiya, Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui retient en otage au Mali cinq Français, un Togolais et un Malgache, aurait formulé de nombreuses exigences en échange de leur libération : les ravisseurs réclameraient que la France revienne sur l'interdiction du voile intégral (niqab, burqa), mais aussi que le Mali s'engage à ne plus permettre des raids français et mauritaniens sur son sol contre Aqmi et que plus d'un million d'euros soit versé pour chacun des otages. Le ministère français des Affaires étrangères s'est refusé lundi à commenter ces informations ainsi que l'annonce du mauvais état de santé de la seule femme otage, Françoise Larribe, l'épouse d'un des cinq Français. «Comme vous le savez, la discrétion est une condition indispensable à l'efficacité de notre action», s'est bornée à affirmer lors d'un point-presse la porte-parole adjointe du Quai d'Orsay, Christine Fages. «Nous ne commentons pas les nombreuses rumeurs qui surgissent depuis l'enlèvement et dont la plupart sont absurdes ou infondées», a déclaré Christine Fages, sans répondre à la question de savoir si des exigences étaient ou non parvenues à la France. Aqmi a revendiqué le 21 septembre l'enlèvement cinq jours plus tôt à leur domicile d'Arlit de cinq Français, d'un Togolais et d'un Malgache, pour la plupart collaborateurs du groupe Areva et d'un de ses sous-traitants. Dimanche, un intermédiaire nigérien aurait rencontré au Mali deux des ravisseurs. Selon lui, «la femme française est malade. On nous a dit qu'elle a été soignée peu de temps avant son enlèvement, mais elle mérite un suivi». Selon ses proches, elle souffrirait d'un cancer. Salaire des grutiers : les patrons ironisent, la CGT crie au mensonge «Congés: 8 semaines/an, horaires : 18 heures/semaine, rémunération : 4000 euros bruts/mois, emploi garanti à vie» : travailler comme grutier sur le port de Marseille serait un poste de rêve. Voilà le contenu d'une page de publicité très ironique publiée lundi dans le journal «Les Echos» par le collectif «Touche pas à mon port» qui regroupe le patronat local, des associations et des salariés. Port de Marseille : Bussereau alarmiste Sur fond d'une photo d'île paradisiaque, la page détaille les avantages à exercer ce métier dans le port phocéen. Une façon de fustiger les privilèges de ce métier par rapport aux autres salariés du port de Marseille. Selon la CGT, ces informations sont mensongères. Pour le collectif «Touche pas à mon port», créé officiellement ce lundi matin à Marseille par l'Union pour les entreprises des Bouches-du-Rhône (UPE13), les grutiers sont responsables des mouvements de grève contre la réforme des retraites et la réforme portuaire qui paralyse le port plusieurs jours. La structure «exige une reprise immédiate et durable des activités pétrole, fret et croisière, et une application urgente de la réforme portuaire». Le collectif a compilé les «preuves» des conditions de travail des grutiers sur leur site Internet (www.collectifport.com). «On est bien loin de ces revenus-là» Pascal Galéoté, le secrétaire général CGT des agents du port de Marseille, s'est indigné contre les propos du Medef au micro de France Info : «C’est totalement mensonger. On est bien loin de ces revenus-là.» «On fournira les bulletins de paye des salariés visés», a-t-il poursuivi. Il n'exclut pas une action en justice. Les patrons leur ont donné «l'idée de nouvelles revendications et nous allons demander une augmentation à ce montant-là (4000 euros bruts/mois, ndlr) pour nos salaires». Pour l'union départementale de la CGT des Bouches-du-Rhône, qui s'était exprimée auparavant, «le Medef et l'Upe-13 (Union pour les entreprises des Bouches-du-Rhône) cherchent à stigmatiser une lutte exemplaire contre la réforme des retraites et la réforme portuaire, estime Eric Chenais, secrétaire départemental de l'UD-CGT. «Les grutiers travaillent en trois huit, six jours sur sept et gagne 2100 euros net par mois», avait-elle annoncé. «L'idée était de casser les non-dits, rétorque-t-on à l'union pour les entreprises (UPE13) des Bouches-du-Rhône, qui appartient au collectif «Touche pas à mon port». La grève sur le port de Marseille est le fait de quelques privilégiés qui défendent leurs intérêts propres alors que les 3000 entreprises qui sont liées de près ou de loin à l'activité du port sont pénalisées». «Ce n’est pas de la provocation, renchérit Laurence Parisot, la présidente du Medef, sur France Info. C’est une façon de dire : Attention, le port de Marseille est en danger». 56 navires bloqués 56 navires (44 dans la rade de Fos et 12 dans celle de Marseille) étaient bloqués en mer lundi. Le mouvement qui perturbe l'activité des ports français est lié à la fois à la réforme des retraites et au conflit sur les modalités de transfert des personnels des ports dans le cadre de la reprise de la manutention par des opérateurs privés. Ce week-end, seules les croisières ont fonctionné normalement. Outre Marseille, la grève touche à des degrés divers Le Havre, Dunkerque, Rouen, Nantes/Saint-Nazaire, Donges et Bordeaux. Mardi 12 octobre : Mouvement social national sur la réforme des retraites. Conditions de circulation sur le réseau TCL. METRO : service assuré à 82% Ligne A : une rame toutes les 4 minutes 30 à 9 minutes de 6h00 à 20h00 Ligne B : une rame toutes les 5 à 7 minutes de 6h00 à 20h00 Ligne C : service normal Ligne D : service normal Funiculaire St Just : service normal Funiculaire Fourvière : service normal TRAMWAY : service assuré à 85% Lignes T1 et T2 : une rame toutes les 7 à 15 minutes Ligne T3 : une rame toutes les 7 minutes 30 à 12 minutes Ligne T4 : une rame toutes les 10 à 15 minutes BUS : le réseau bus fonctionnera en moyenne à 74% Toutes les lignes scolaires « Juniors Directs » seront assurées. Woerth annule une réunion publique sur la réforme des retraites Invité lundi soir à Claye-Souilly (Seine-et-Marne) pour une réunion publique sur la réforme des retraites, Eric Woerth a finalement annulé son déplacement, en fin d'après-midi. Le ministre du Travail aurait eu trop de pain sur la planche, à la veille de l'examen de son texte au Sénat : «Plus de 1200 amendements ont été déposés depuis ce matin (lundi. NDLR), il doit les examiner avec son équipe et a annulé tous ses engagements», a expliqué le député-maire de Claye, Yves Albarello (UMP), qui devait recevoir le ministre. Prix Nobel de la Paix : l'épouse de Liu Xiaobo arrêtée à Pékin Situation confuse à propos de l'épouse du dissident chinois Liu Xiaobo, lauréat du prix Nobel de la Paix 2010. Liu Xia a disparu, accompagnée de policiers, vendredi soir, peu après avoir appris que son mari avait été désigné Nobel de la Paix. Une ONG américaine, Freedom Now, a annoncée dimanche soir qu'elle avait été arrêtée et assignée à résidence dans son appartement de Pékin. Beth Schwanke, conseillère juridique au sein de Freedom Now, ajoute que les autorités ont confisqué son téléphone à Lu Xia et on lui a notifié son arrestation vendredi, après l'annonce de l'attribution du prix Nobel à son mari. Avant d'être arrêtée, elle a cependant eu la possibilité de rencontrer Liu Xiaobo, sans doute pour lui annoncer la nouvelle. «On lui a dit qu'elle serait emmenée dans la prison où son mari est détenu», a ajouté Beth Schwanke. «Après son retour à Pékin, on lui a dit (à Lu Xia) qu'elle n'aurait plus le droit de quitter son appartement», a encore indiqué la porte-parole de Freedom Now. A Jinzhou, où est détenu le lauréat du Nobel, les routes menant à la prison sont bloquées par la police, qui ne laisse passer que les responsables officiels ou les résidents de la zone. Et la prison ne répond pas aux appels téléphoniques. Le prix Nobel de la paix 2010 a été attribué vendredi à Liu Xiaobo «pour ses efforts durables et non violents en faveur des droits de l'Homme en Chine», selon le comité Nobel norvégien. Gréviste de la faim pendant les événements de Tienamnen, Liu Xiaobo, 54 ans, purge une peine de 11 ans de prison après avoir été l'un des auteurs de la «Charte 08», qui réclamait une Chine démocratique. Il a été condamné pour «subversion du pouvoir de l'Etat». Le septuagénaire qui a tiré sur ses cambrioleuses reste en prison Voilà trois fois que sa demande de remise en liberté est rejetée. Trois fois que René Galinier, le retraité de 74 ans qui avait tiré sur deux jeunes cambrioleuses en août, espérait recouvrer la liberté. Mais la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Montpellier (Hérault) en a décidé autrement mardi. Le septuagénaire restera en détention provisoire en attendant son procès, selon une information du «Midi libre» publiée sur son site. Mis en examen pour «tentatives d'homicides volontaires», le retraité avait ouvert le feu sur deux mineures d'origine roumaine, alors qu'elles s'étaient introduites chez lui par effraction. Grièvement blessées, les deux jeunes femmes avaient été hospitalisées à Montpellier et à Béziers. Si aujourd'hui elles sont hors de danger, l'une d'elles garde de sérieuses séquelles. A Nissan-lez-Enserune, où René Galinier menait une vie paisible avant les faits, le village entier s'était ému de l'arrestation du retraité. Un comité de soutien avait été créé et certains politiques avaient également pris fait et cause pour le septuagénaire. Christian Vanneste, député UMP du Nord, avait adressé une lettre ouverte à la garde des Sceaux, dans laquelle il déplorait «l'effet désastreux auprès de la population» de ce maintien en détention. «Une mise en liberté pourrait susciter l'incompréhension» La vice-présidente du FN, Marine Le Pen, elle aussi était montée au créneau, estimant «qu'au-delà de l'artificiel tintamarre ministériel sur la sécurité, ce ne sont pas en France les délinquants qui ont à craindre de la justice mais les honnêtes gens». Mais la cour d'appel, elle, n'en démord pas : «Le maintien en détention est l'unique moyen de mettre fin au trouble exceptionnel et persistant de l'ordre public, provoqué par la gravité de l'infraction (... ) et l'importance du préjudice». Autre argument invoqué par les magistrats : «Une mise en liberté pourrait aussi susciter l'incompréhension dans l'ethnie d'origine des victimes et faire craindre des représailles à l'égard du mis en examen.» Retraites : les syndicats satisfaits, le gouvernement maintient le cap Trois millions pour les syndicats, 899 000 selon la police. Mieux que le 23 septembre ou en légère régression ? Samedi soir, à l'issue de la nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites, gouvernement et syndicats se sont à nouveau livrés à une bataille de chiffres. Pas vraiment surprenant, pour Jean-Claude Mailly, le patron de FO, qui ironise à ce propos : «J'aurais pu vous le dire avant, que le gouvernement allait annoncer une mobilisation en baisse». Vers 17h50, l'estimation du ministère de l'Intérieur fixe à 899 000 le nombre de manifestants dans toute la France. Un chiffre «en baisse de 98 000» par rapport au 23 septembre, ajoute le communiqué. Côté syndicats, pas question de parler d'échec. Tous tirent un bilan positif de cette journée d'action, qui témoigne selon eux, d'un élan qui ne retombe pas. Pour le numéro deux de la CFDT, Marcel Grignard, «la mobilisation est réussie, puisqu'elle est au minimum au même niveau que celle du 23 septembre». Pari gagné également pour la CGT, qui pointe du doigt l'apparition d'«un public de nouveaux participants». «Un formidable succès» «C'est la preuve que la zone de mécontentement populaire s'amplifie parmi les salariés», estime Bernard Thibault. Son homologue de la CFDT, François Chérèque, aura également noté cette nouvelle participation de jeunes et de salariés du privé. L'idée de manifester un samedi leur est d'ailleurs apparue être «un bon choix». «Cela permet aux personnes qui ne viennent pas d'habitude d'être là. Beaucoup étaient cette fois venus en famille, et l'on n'avait jamais vu autant de poussettes dans les cortèges», a déclaré François Chérèque. Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, estime, lui, que la manifestation a même été «un formidable succès» et qu'il importait d'«amplifier la mobilisation pour créer le raz-de-marée qui obligera le gouvernement à céder». Même analyse pour le chef de file des députés PS à l'Assemblée nationale, Jean-Marc Ayrault : «le gouvernement ne peut pas ne pas tenir compte de l'ampleur de la mobilisation». Prison ferme pour avoir insulté des gendarmes sur Facebook A 19 ans, il détient désormais «la plus lourde peine pour outrage à agent via Facebook», raconte Le Télégramme de Brest : un habitant de Locmaria-Plouzané a été condamné vendredi à trois mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Brest pour avoir insulté des gendarmes sur le réseau social. Tout commence en janvier dernier lorsque ce jeune homme au casier judiciaire déjà lourd est contrôlé un soir en état d'ivresse en voiture. Il lui faudra rentrer à pied. Une promenade nocturne qui lui reste en travers de la gorge. Le jeune homme le fait savoir sur son profil Facebook où il déverse publiquement des injures contre les gendarmes qui l'ont contrôlé. «Rien ne changera pendant six mois, jusqu'à la découverte du profil par les principaux intéressés», raconte Le Télégramme. Poursuivi pour «outrage à personne dépositaire de l'autorité publique», un délit punissable de six mois de prison et de 7500 euros d'amende au terme de l'article 433-5 du Code pénal, l'homme, absent à l'audience, a finalement écopé vendredi de trois mois de prison ferme. Il devra en outre verser des dommages et intérêts aux gendarmes. Internet sans Frontières, association travaillant à la promotion de la liberté d'expression sur internet, a déploré dans un communiqué la «sévérité inédite» de la peine, relevant qu'il s'agit de «la première fois en France qu'un individu est condamné à de la prison ferme pour ce type de faits». Saint-Aignan : mise en examen du gendarme qui a tué un jeune gitan Le gendarme qui avait tué par balle un jeune gitan, en juillet, lors d'un contrôle dans le Loir-et-Cher, a été mis en examen vendredi, à Blois. Le militaire, âgé de 35 ans, qui plaidait la légitime défense, est ressorti libre du bureau du juge d'instruction Xavier Girieu. Convoqué pour «homicide volontaire», selon son avocat, Me Benoît Chabert, il a été mis en examen pour «coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner». Il s'est par ailleurs constitué partie civile dans le dossier de la tentative d'homicide volontaire contre lui-même, a précisé l'avocat. Le parquet de Blois a ouvert deux enquêtes judiciaires parallèles, l'une sur le décès du jeune homme de 22 ans, l'autre sur les risques encourus par les gendarmes avant les tirs. Me Chabert a révélé que le jeune homme décédé était «en état d'évasion» au moment des faits, parce qu'il n'avait pas respecté les conditions de son régime de semi-liberté. Ce qu'ignoraient les gendarmes qui le poursuivaient. Une flambée de violences à Saint-Aignan Les faits remontent à la nuit du 16 au 17 juillet. Luigi Duquenet, jeune gitan de 22 ans recherché pour un vol de 20 euros, avait été tué par balle par un gendarme lors d'un contrôle dans des circonstances controversées à Thésée-la-Romaine (Loir-et-Cher). La vieille voiture à bord de laquelle circulait Luigi, conduite par son cousin Miguel, avait déjà forcé un premier contrôle, avant d'être suivie par un véhicule de gendarmerie dans la vallée du Cher. Sa mort avait entraîné une flambée de violences dans la paisible bourgade de Saint-Aignan. S'appuyant sur l'émotion suscitée par ce faits divers et par les violences de Grenoble, Nicolas Sarkozy avait prononcé fin juillet son discours controversé sur la sécurité. «En état de légitime défense» Lors de son audition vendredi à Blois, le gendarme a donné sa version du déroulement des faits. «Il s'est positionné devant la voiture» conduite par Miguel Duquenet, avec son cousin Luigi à ses côtés, a expliqué Me Chabert. «La voiture ralentit et elle fonce sur lui. Il tire deux fois, la voiture le dépasse», a poursuivi l'avocat. «Premièrement, il sauve sa vie, il agit en état de légitime défense, deuxièmement il applique à la lettre l'article L 2338-3 du code de la Défense qui donne la possibilité de faire usage d'une arme» dans une telle situation, a-t-il ajouté. L'objectif du double tir était «d'arrêter le véhicule et de sauver sa vie», a-t-il résumé. Le gendarme, qui n'est plus en poste à Saint-Aignan, a «indiqué qu'il comprenait la douleur de la famille et des proches de la personne décédée», a poursuivi son défenseur. «Toute sa vie, il aura sur la conscience le poids des conséquences de l'exercice de sa mission». Sa mise en examen pour coups mortels, et non homicide volontaire, a été fraîchement accueillie par l'avocat des proches de Luigi, Me Jean-Claude Guidicelli, qui a parlé de qualification «favorable et bienveillante». Les différentes parties attendent maintenant l'annonce d'une date pour la reconstitution, et les résultats de l'expertise balistique. L'expertise de la voiture a déjà montré que la victime a été atteinte sur le côté, et non de face, selon Me Guidicelli. 72 % des Français n'ont pas confiance en Sarkozy Au plus bas niveau depuis son élection, le chef de l'Etat entraîne son Premier ministre dans sa chute. Depuis son élection, Nicolas Sarkozy n'aura été aussi impopulaire qu'une seule fois, en juin. L'accalmie n'aura été qu'estivale et les sondages de popularité replongent déjà. Après la cote de L'Express et France Inter, publiée mardi, c'est au tour du baromètre mensuel de TNS Sofres Logica pour le Figaro Magazine de constater le désamour des Français pour le chef de l'Etat. En cette fin du mois de septembre, Nicolas Sarkozy est au plus bas depuis juin 2007. Seuls 26 % (- 4 points) des personnes interrogées lui font confiance, alors qu'elles sont 72 %, près des trois quarts, à affirmer ne pas lui faire confiance, plus haut niveau de défiance jamais mesuré par ce baromètre depuis son élection. 2 % des sondés ne se prononcent pas. Avec 34% de personnes qui lui font confiance (- 3 points), le prtésident entraîne François Fillon dans sa chute. Le Premier ministre atteint, lui aussi, son plus bas niveau depuis sa nomination à Matignon. 60% de personnes ne lui font pas confiance, soit une hausse de 4 points. 6% sont sans opinion. L'ensemble de la classe politique à la baisse Que le couple exécutif se rassure, c'est dans l'ensemble toute la classe politique qui est en repli. Un mois après la rentrée, les résultats ne sont fameux pour personne, mis à part François Hollande - +2, à 27% - et le ministre de l'Education Luc Chatel - +2, à 15% - les seuls à tirer leur épingle du jeu, ainsi que Dominique Strauss-Kahn, toujours en tête du classement avec une cote d'avenir inchangée de 45%. Martine Aubry est deuxième à 39% et Bertrand Delanoë 3e avec 35%. Ils perdent perdent chacun 5%. Suivent le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner (34%) et celui de l'Environnement Jean-Louis Borloo (32%), qui cèdent chacun 4 points. Avec 32%, Rama Yade recule de 6 points. A droite, Dominique de Villepin (25%), Rachida Dati (23%), Alain Juppé (23%), Jean-François Copé (21%), Eric Besson (16%), Jean-Pierre Raffarin (15%) et Philippe de Villiers (12%) perdent également 4 points. A gauche, Daniel Cohn-Bendit (25%) et Marie-George Buffet (17%) reculent de 5 points tandis Arnaud Montebourg (14%) en perd 4. *Enquête réalisée du 24 au 27 septembre auprès de 1.000 personnes interrogées en face à face à leur domicile (méthode des quotas). Aménagement du permis à points : Sarkozy fixe les limites Une fin de non recevoir. Nicolas Sarkozy a assuré jeudi dans l'Yonne qu'il n'accepterait jamais de «message laxiste» sur la sécurité routière, après la décision des députés d'ouvrir la voie à une réduction des délais pour récupérer les points de permis de conduire perdus. Mercredi, les députés UMP de la commission des lois ont voulu atténuer en partie les mesures adoptées à la mi-septembre par le Sénat, dans le cadre du projet de loi sur la sécurité (Loppsi 2). Permis de conduire : deux ans pour récupérer les 12 points Ils ont décidé que l'intégralité des douze points du permis de conduire serait récupérable au bout d'un délai de 2 ans, si aucune autre infraction n'a été commise entre temps. La mesure a été saluée par les associations d'automobilistes, et fustigée par les défenseurs de la sécurité routière. Elle ne plaît visiblement pas non plus à Nicolas Sarkozy. «Au moment où on parle beaucoup de l'aménagement du permis à points, que les choses soient claires, a expliqué le président de la République. J'ai été élu sur la promesse de faire reculer le nombre de victimes de la route et de sanctionner durement les assassins de la route. Je n'accepterai jamais un message laxiste s'agissant de la lutte contre les violences routières.» Certes, des aménagements sont envisageables, «mais l'objectif c'est la réduction du nombre de tués et de blessés sur les routes, c'est un objectif central», a insisté le chef de l'Etat lors d'une allocution devant des gendarmes de la brigade de Vézelay (Yonne). Un message appuyé aux parlementaires UMP Un message que Nicolas Sarkozy a visiblement relayé auprès des principaux concernés. De source parlementaire, le président de la République a en effet fait savoir à sa majorité UMP qu'il ne voulait pas des aménagements en question. Le chef de l'Etat a notamment désapprouvé cette possibilité de récupérer intégralement 12 points. Selon cette source, Nicolas Sarkozy n'est pas favorable non plus à un autre amendement UMP autorisant les automobilistes à réaliser un stage de récupération de points par an (quatre points maximum par stage), contre un stage tous les deux ans actuellement. Seule mesure sur laquelle le chef de l'Etat semble prêt à accepter une modification: la restitution d'un point par an. Le délai de six mois voulu par les sénateurs et députés UMP n'est pas soutenu par l'Elysée mais la restitution d'un point par an ne se limitera plus seulement aux infractions entraînant le retrait d'un seul point mais concernera également les autres infractions (perte de deux points, trois points...). Dans la matinée, le secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau, avait déclaré qu'il n'était «pas favorable» à une réduction des délais de récupération des points, jugeant qu'il s'agirait d'un «mauvais signal» envoyé aux automobilistes. La déchéance de nationalité pour les meurtriers de policiers adoptée 75 voix contre 57. L'Assemblée nationale a voté jeudi à une courte majorité l'extension de la déchéance de nationalité aux Français naturalisés, depuis moins de dix ans, condamnés pour meurtre d'agents dépositaires de l'autorité publique (gendarme, policier...). Une mesure très controversée réclamée par Nicolas Sarkozy en juillet dernier. Le Code civil ne prévoit actuellement la déchéance de nationalité que pour des cas extrêmes, dont le terrorisme. L'opposition mais aussi des députés de la majorité ont défendu sa suppression Dès hier, les débats à l'Assemblée s'étaient enflammés autour de l'éventuelle remise en cause du droit du sol. Ce jeudi, c'est après trois heures de débat, que l'extension de la déchéance de nationalité, article du texte du projet de loi sur l'immigration d'Eric Besson, a été adopté par scrutin public. La suppression de cette mesure a été défendue, en vain, par l'opposition, mais aussi des députés de la majorité : Etienne Pinte, les ex-ministres Nicole Ameline et Françoise Hostalier, tous trois UMP, et le centriste Jean Dionis du Séjour. Dans le droit fil du discours de Grenoble du chef de l'Etat, le ministre de l'Immigration a justifié cet article du projet de loi en expliquant que certains faits divers comme l'attaque d'une gendarmerie «ont heurté nos concitoyens»: «en s'attaquant à l'autorité de l'Etat, ces personnes ont touché au coeur de la Nation». Il a évoqué une «procédure exceptionnelle». «Touche pas à mon flic, c'est aussi respectable que Touche pas à mon pote» «Mesure inacceptable, cynique, qui ne servira à rien» : les députés de gauche ont multiplié les critiques, accusant aussi le gouvernement et sa majorité de «légitimer l'extrême droite». Ce faisant, ils ont préparé les attendus du recours qu'ils déposeront devant le Conseil constitutionnel, estimant que cette mesure viole «l'article 1er de la Constitution» sur l'égalité de tous les citoyens devant la loi «Vous voulez tendre un piège politique à la gauche», a lancé Julien Dray (PS). «Dans un an ou deux ans vous direz : Cela ne suffit pas, la déchéance de la nationalité, il faut revenir à la peine de mort.» Le député UMP de Paris Claude Goasguen, tout en s'interrogeant sur «l'utilité juridique» de cette mesure, a rétorqué : «Touche pas à mon flic, c'est aussi respectable que Touche pas à mon pote». Une allusion au slogan de SOS Racisme, dont l'un des fondateurs est Julien Dray. Logements HLM vacants : le hit-parade des «mauvais élèves» C’est un véritable gâchis. Alors que plus de 700 000 personnes sont en attente d’un appartement social, un listing confidentiel, que s'est procuré «le Parisien» - «Aujourd'hui en France», révèle que les offices HLM regorgent de logements vacants dans toute la France.  En pleine crise du logement, voilà des chiffres qui ne manqueront pas d’interpeller. Alors que le congrès annuel du mouvement HLM s’est ouvert hier à Strasbourg dans une ambiance houleuse — l’Etat a décidé de ponctionner 340 M€ par an au logement social —, des données jamais publiées à ce jour montrent que, dans certaines villes, des dizaines, voire des centaines d’appartements restent inoccupés. Selon le document confidentiel que notre journal s’est procuré *, alors que le taux de vacance moyen oscille depuis des années entre 3 % et 4%, certains bailleurs sociaux affichent encore 7%, 8%, voire 10% ou 12% d’appartements vacants. En pointant les seuls offices ayant un parc supérieur à 100 logements, le chiffre d’appartements vacants habitables s’élève à 8000. Et si l’on tient compte des données départementales — 10% des départements sont de « mauvais élèves » —, on peut estimer qu’entre 20000 et 25000 logements seraient aujourd’hui anormalement vacants en France. Dans le hit-parade publié ci-contre, nous n’avons pas inclus les communes engagées dans un vaste plan de rénovation urbaine (Anru), qui implique de libérer des appartements pour les rénover. 700 000 familles sur liste d’attente depuis des années Comment une telle situation est-elle possible? A côté des « bonnes raisons » (travaux après déménagement, notamment), nous en avons trouvé moult « mauvaises », allant d’une offre trop chère si on la compare au parc privé à une gestion très bureaucratique de certains organismes (lire ci-dessous). Certes, réattribuer d’urgence ces milliers d’appartements vacants ne suffira pas à résoudre la crise du logement. Cela permettrait néanmoins d’accéder aux souhaits d’une partie des quelque 700000 familles inscrites sur liste d’attente, parfois depuis des années.  Pirates du Web, voilà ce que vous pourrez recevoir   La chasse aux pirates du Web est ouverte. L’Hadopi, l’instance chargée par les pouvoirs publics de surveiller Internet et de débusquer ceux qui téléchargent illégalement films et chansons, a dévoilé hier le courrier électronique qu’elle enverra aux internautes suspectés de piratage. Le message commence par un avertissement plutôt menaçant : « Attention, votre accès à Internet a été utilisé pour commettre des faits, constatés par procès-verbal, qui peuvent constituer une infraction pénale. » Le courrier détaille ensuite la date et l’heure des téléchargements illicites, l’adresse IP (celle qui identifie votre ordinateur sur le réseau) et le nom de votre fournisseur d’accès, mais sans mentionner les titres des œuvres ciblées. Des sanctions après le troisième relevé d’infraction La menace se fait ensuite un peu plus précise. « Si, en dépit de cette recommandation vous invitant à prendre, dans les meilleurs délais, toute mesure utile (…), une contravention de négligence caractérisée pourrait être constituée à votre égard. Le juge judiciaire, saisi par l’Hadopi, pourrait alors prononcer une suspension de cet accès ainsi que, le cas échéant, une peine d’amende. » Le détail de la réponse « graduée » à l’infraction n’est, en revanche, pas clairement indiqué. La loi ne prévoit en effet des sanctions qu’après le troisième relevé d’infraction. Av